31 mai 2010

Sans livres

J'ai 7 billets de programmer pour le mois de juin. Il me reste trois billets à faire sur des livres lus.

Malheureusement mon blog sera inerte pensant un certain temps car je ne peus plus lire pour l'instant à cause d'une névralgie cervico-brachiale. Je ne peus plus non plus frapper longtemps sur le clavier et donc vous n'aurez plus de commentaires ou très peu. J'en suis très triste mais je ne peux faire autrement. Mon médecin m'a prescrit beaucoup de repos.

JE vous lirai encore mais je ne vous mettrai pas de commentaires.

21843720

Posté par toinette80 à 13:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Le bruit solitaire du coeur

samedi 3 mai 2008

Le bruit solitaire du coeur

403982130_L

Quatrième de couverture :

Ce roman d'Henti Troyat se situe à Paris, en 1968, et raconte le drame poignant d'une solitude : celle d'un vieil émigré russe qui continue à vivre par la force acquise dans un monde qui n'est plus le sien. Autour de lui, ses fils s'agitent, des projets s'élaborent, des liaisons se nouent, des évènements politiques éclatent, tandis que son champ d'activité se rétrécit de jour en jour. Assisté par une gouvernante avec qui il forme un couple navrant et cocasse, il ne peut ni la supporter ni se passer d'elle. Pour fuir cette grisaille, il revient constamment aux souvenirs d'une Russie démesurée, lumineuse, si différente de l'univers quotidien français. Et peu à peu, e, lui, le passé tue le présent, le rêve efface la vie.

Hentri Troyat analyse avec une lucidité déchirante, une ironie teintée de tendresse, ce lent travail de la nostalgie sur un homme d'une autre terre et d'un autre temps.

Mon avis :

C'est un livre plein de nostalgie, c'est un livre qui nous fait voir la vieillesse d'une autre manière.

De plus, il nous raconte la fin de la révolution russe de 1917, le départ précipité des "nantis" sans rien, par cotre ce vieil homme garde précieusement ses tîtres de propriété russes au cas où...Il nous raconte, succintement, les évènements de mai 1968 à Paris. Mais surtout la décadence d'une personne âgée. Ce livre est emprunt de douceur et de nostalgie.

A la fin du livre, Henri Troyat nous raconte qu'il a mis 15 ans à écrire ce livre sur son père. C'est un livre que j'ai beaucoup aimé.

Posté par toinette80 à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]