url458

Quatrième de couverture :

Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d'El Idilio les accusent à tort du meurtre d'un chasseur blanc - seule échappatoire à la barbarie des hommes - pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse...

"Il ne faut pas 20 lignes pour qu'on tombe sous le charme de cette feinte candeur, de cette fausse légèreté, de cette innocence rusée. Ensuite, on file sans pouvoir s'arrêter jusqu'à une fin que notre plaisir juge trop rapide."

Mon avis :

C'est une superbe histoire, j'ai adoré, j'ai voyagé en Amazonie. J'ai fait la connaissance des habitants de la forêt amazonienne, un vrai dépaysement. J'ai vécu aussi avec animaux sauvages (surtout les serpents). J'ai fréquenté les gringos, les chasseurs d'or.

J'ai vécu en Amazonie le temps de cette lecture qui est trop rapide (le livre ne fait que 121 pages, c'est vraiment trop court). En plus de ce voyage en Amazonie j'ai connu un vieux qui aimait les romans d'amour. Un pur délice ce livre.

url444