lacureezolaRésumé :

Le personnage principal est Aristide Rougon, dit Saccard, qui va faire une rapide fortune en spéculant sur les futurs terrains à bâtir à l’époque des grands travaux menés à Paris par le Baron Haussmann

L’action se déroule à Paris. Eugène Rougon a fait carrière en politique grâce à son soutien à Napoléon III : il est ministre. Son frère Aristide commence en bas de l’échelle par un modeste emploi. Sa femme s’appelle Angèle. Ils ont une fille (Clotilde) et un garçon (Maxime), vivant encore chez ses grands-parents à Plassans. Ils vivent dans un modeste appartement de deux pièces. Eugène aide son frère à obtenir un emploi à la mairie de Paris, ce qui permet à ce dernier d’avoir accès à tous les plans des travaux d’Haussmann. Sa femme meurt. Il envoie sa fille chez Pascal, un de ses frères, et se marie, par intérêt, à une jeune fille nommée Renée Béraud du Châtel. Ayant pris le nom d’Aristide Saccard, il peut participer à la curée, le dépeçage de Paris par les spéculateurs, tâche dont il s’acquitte à merveille. Il accumule rapidement une grande fortune en achetant à bas prix des immeubles entiers, dont il sait qu’ils seront bientôt rachetés à prix d’or par la ville, qui souhaite les détruire afin de construire les futurs grands boulevards de la capitale. Pourtant, Aristide a un train de vie faramineux et ne refuse aucune dépense pour ses proches. Ayant besoin de toujours plus d’argent, et alors qu’il accumule les échecs spéculatifs, il escroque sa propre femme Renée, qui possède un important capital immobilier, sans aucun scrupule.

Le roman comporte également une intrigue amoureuse. Devenu veuf, Saccard a épousé Renée Béraud du Châtel, dont la fortune lui avait permis de se lancer dans la spéculation. Le couple est libre, chacun des deux époux ayant de nombreux amants sans que cela gêne l’autre le moins du monde. Jusqu’au jour où Renée tombe amoureuse de Maxime, fils que Saccard a eu de son premier mariage. La relation semi-incestueuse entre Renée et Maxime est finalement connue de Saccard, sans que celui-ci en soit vraiment affecté. Le roman se clôt sur une Renée abandonnée par Maxime, dépossédée de sa fortune par Aristide, et qui sombre dans la folie avant de mourir d’une méningite.

Mes impressions :

Tout d'abord je n'ai rien compris au premier chapitre car les personnages ont changé leur nom de famille et c'est pour cela que je vous ai mis le résumé emprunté sur Wikipédia.
Au chapitre 2, Zola reprend l'hisroitre là où elle s'est arrêtée à la fin de la Fortune des Rougon, nous savons enfin pourquoi certains personnages ont changé leur nom.

J'ai trouvé ce livre long, très long il y a trop de description sur les maisons, les toilettes des femmes, l'histoire traîne trop en longueur. L'histoire sur la spéculation immobilière est encore au top de l'actualité, les prêtes-noms et compagnie existent encore de nos jours malheureusement. La description des travaux sans la ville de Paris est très très intéressante.

Par contre, je pense que ce livre a dû faire scandale à sa sortie au niveau des moeurs car Zola passe tout au crible, les maîtresses et les amants, l'homosexualité et même l'inceste., un livre écrit avec autant de vérité aujourd'hui, je sera curieuse de savoir comment il serait reçu.

Emile ZOLA est encore terriblement actuel