couv49428277Résumé emprunté à Amazon :


Florent est un naufragé de la vie, rêveur impénitent, insouciant, arrêté par erreur au lendemain du 2 décembre et conduit au bagne de Cayenne. Il parvient à s'évader, gagne Paris et retrouve son demi-frère, Quenu, charcutier aux Halles nouvellement construites, formidable ventre de Paris. Sur les conseils de Quenu et de sa belle-soeur, la sublime odalisque Lisa, il prend en charge un poste d'inspecteur au pavillon de la marée. Plongé dans l'abondance des victuailles, il est repris par un idéal de justice et de partage. Un idéal qui pourrait cependant le renvoyer une nouvelle fois à Cayenne... Troisième volume des Rougon-Macquart, Le Ventre de Paris, publié en 1873, jette un regard sans concession sur le Second Empire, partagé entre les fripouilles et les profiteurs, l'injustice pour les uns, la misère pour les autres. Remarquable fiction romanesque, c'est aussi un tableau de la capitale, où Zola, tel un impressionniste, à coups de petites touches, se fait le peintre de la modernité. On y trouve une histoire de Paris, du Second Empire, des notes relatives au fonctionnement de la police et surtout le décor somptueux des Halles, depuis son architecture en fer et en verre jusqu'à ces évocations superbes d'étalages de fruits et légumes, de viandes et poissons en toutes saisons. Autant d'évocations qui sont de véritables natures mortes, et qui n'en laissent pas moins flotter, au fil des pages, quelques parfums délicieux. 

 

Mes impressions  :

Les halles du XIXème siècle étaient vraiment le ventre de Paris. Les commerçants venaient s'y ravitailler. Dans ce livre, Zola fait vivre les halles comme un village avec ses jalousies, ses femmes qui n'arrêtent pas d'espionner les autres et ne vivent que pour connaître les secrets du quartier.
Florent arrive et tout le monde se demande qui il est ? Pourquoi s'est-il installé chez les Quenu ? C'est soi-disant le cousin de Madame Quenu, la belle Lisa. Mais en réalité c'est le frère de Monsieur Quenu, il s'est évadé du bagne de Cayenne et a pu rejoindre la métropole.
Il veut faire la révolution, renverser l'empereur, mettre en prison les "GROS" (les commerçants), il arrive à se faire de nouveaux amis qui ont les mêmes idées que lui et ils complotent le soir dans le café de Monsieur Lebige.
Au bout d'un an, tout va bien et la révolution va pourvoir enfin commencer. Mais la police est au courant et fait une descente aux Halles et arrêtent Florent et sa bande. Il retourne au bagne à Cayenne.

J'ai adoré relire ce livre, je trouve qu'il décrit merveilleusement bien la vie dans les halles, les rivalités entre les femmes, les jalousies de certains commerçants. A mon avis, nous sommes au XXième siècle et les personnes se comportent toujours de la même façon.

Le-lexique-alimentaire-dans-Le-ventre-de-Paris-DEmile-Zola-Realisme-et-metaphore49