20 mars 2016

De là, on voit la mer de Philipppe BESSON

9782260020707

Résumé emprunté sur le site de Julliard :

Habituée à manier la fiction et à dominer le réel, une romancière part travailler en Italie sans imaginer que des accidents vont venir bouleverser le cours de son existence et l'obliger à s'interroger sur ses choix, ses renoncements, ses attentes.

Louise, 40 ans, part s'installer dans une villa en Toscane pour écrire son roman. Elle abandonne à Paris son mari, François, meurtri mais résigné. À Livourne, ville portuaire ou règne une chaleur écrasante, tout l'enchante : la qualité du silence, la mer partout présente, l'incessant ballet des ferries vers les îles. Et cette parfaite solitude que seule vient déranger la présence discrète et dévouée de Graziella, la gouvernante qui s'occupe de la maison. Louise n'a jamais connu un tel sentiment de plénitude. Elle écrit l'histoire d'une femme qui doit réapprendre à vivre après la disparition de son mari. Les mots viennent à elle tout naturellement.
Un jour, un jeune homme sonne à sa porte. C'est Luca, le fils de Graziella. Élève à l'Académie navale, il porte ses vingt et un ans avec une grâce insolente. Jamais Louise n'aurait pu envisager d'être troublée par un garçon de cet âge. Tenter de résister au charme de Luca serait pourtant aussi vain que de vouloir échapper à la moiteur de l'été. Au moment ou elle cède à la sensualité de ce corps qui l'attire, elle apprend qu'un accident de voiture a grièvement blessé son mari. Fiction, fantasme et réalité se télescopent, mais dans quel but ? Louise doit se rendre au chevet de François, plus vulnérable que jamais. Forte de cette ferveur inattendue qui lui a ouvert les yeux, elle sait que l'instant est venu d'affronter tous les mensonges accumulés avec les années, quelles qu'en soient les conséquences...
Il y a des paysages dont la simplicité peut éclipser tout ce qu'on avait contemplé jusque-là, des retranchements volontaires qui vous révèlent à vous-mêmes, des rencontres qui ne peuvent se produire que lorsqu'on a fait le vide autour de soi. Roman sur la solitude nécessaire de l'écrivain, une solitude ni oppressante ni douloureuse, mais émancipatrice, De là, on voit la mer est une ode à la liberté, celle qui implique de faire des choix, de sacrifier ce qui n'a plus de raison d'être, liberté sans concession, qui peut sembler brutale, égoïste et déterminée, mais qui permet seule de créer, d'aimer à sa guise, de tenir la barre de son existence sans se soucier des préjugés ni des vents contraires... Un magnifique portrait de femme, tranchante et résolue, larguant progressivement les amarres, s'affranchissant de tous ses liens pour voguer sereinement vers une destination connue d'elle seule.

Mes impressions :

Ma plus grande déception de Philippe BESSON car son histoire ne tient pas la route.
Pourquoi une femme laisserait un jeune homme lui faire l'amour et en tomberait amoureuse après ?
Pourquoi un homme provoquerait un grave accident de voiture pour savoir si sa femme l'aime toujours ?

Vraiment, pour ma part, du grand n'importe quoi.
204 pages (pas tout à fait car il faut enlever les pages blanches, les pages "Actes" + les pages avec 3 mots) cela fait très cher l'histoire. Elle ne m'a pas fait rêver du tout.

 

déception

 

Posté par toinette80 à 09:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


27 février 2016

L'inconnue de Peyrolles de Françoise Bourdin

31854449_6992734Présentation des éditions Belfond :

Contre l'avis de son père, une femme décide de quitter Paris pour s'installer à Peyrolles, dans la maison où elle a passé son enfance. Là-bas, de sombres secrets de famille l'attendent... Mystères, passés douloureux... Une grande saga dans le sud-ouest de la France.


Épuisée par son divorce et lasse de sa vie de médecin à Paris, Pascale Fontanel décide de retourner à Peyrolles, dans le Sud-Ouest, où elle a passé son enfance. Son père, qui s'apprêtait à revendre la propriété familiale, s'oppose violemment à cette décision. La mort brutale de sa première femme dans un incendie et la dépression de la mère de Pascale expliqueraient-elles cette réaction aussi vive qu'inattendue ?

Obstinée, la jeune femme s'installe pourtant dans la vieille maison avec la ferme intention d'y reconstruire sa vie. Mais, très vite, des événements viennent troubler les tendres et joyeux souvenirs. Le jardinier, un homme au comportement étrange, refuse coûte que coûte de quitter la propriété. Les voisins, eux, évoquent des histoires bien troublantes liées aux Fontanel. Sans parler de ce livret de famille au contenu explosif que Pascale va retrouver dans le grenier...

Qu'a-t-il pu se passer à Peyrolles ? Quels autres mystères renferme la maison paternelle ? Pascale, volontaire et entêtée, ne cédera pas avant de connaître toute la vérité...

Mes impressions :

J'ai passé un merveilleux moment en lisant ce roman avec la famille Fontanel à Peyrolles.J'adore les histoires de famille où il y a de vrais secrets inavouables.
Pascale Fontanel achète Peyrolles contre l'avis de son père et de son frère, même si le lieu de leur enfance. Elle y retrouve Samuel son ex-mari et elle s'aperçoit qu'elle n'est vraiment pas la bienvenue. Tout le monde déteste les Fontanel mais elle ne sait pas pourquoi.

Pour moi ce fut une très belle lecture qui m'a vidé la tête. Je recommande vivement ce livre.

 

Posté par toinette80 à 10:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 avril 2015

Chère Madame, ma grand-mère d'Elisabeth BRAMI

9782092525197

Quatrième de couverture :

"Je m'appelle Olivia et j'ai douze ans et demi. Vous ne me connaissez pas, mais j'ai décidé de vous écrire quand même. J'ai trouvé votre nom en fouillant dans les papiers de ma mère. Je sais, ce n'est pas bien, mais est-ce que c'est de cacher la vérité aux enfants, de garder des secrets ? J'ai bien réfléchi : il faut absolument que je sache des choses sur mon père, et je crois que vous êtres la seule à pourvoir m'aider "

Mon avis sur ce petit livre de 63 pages destiné aux enfants de 10-12 ans :

Une petite fille vit sans son père. Sa mère lui dit qu'elle n'a pas de père, qu'il n'a jamais existé. Olivia veut savoir la vérité cat tout le monde à un père.

Elle trouve une lettre avec écrit dessus "Retour à l'envoyeur", alors elle écrit à cette dame qu'elle croit êttre sa grand-mère.

Cette histoire nous pernets de nous rendre compte que toutes nos décisions, même les plus insignifiantes, peuvent avoir des conséquences énormes et aussi catastrophiques.

Je le conseille fortement aux enfants à partir de 9-10 ans.

Posté par toinette80 à 11:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 septembre 2014

Le divin enfant de Pascal BRUCKNER

le_divin_enfant_5312_250_400

Résumé (emprunté sur Babelio) :

Croyez-vous qu'un seul bébé accepterait de naître si on lui représentait ce qui l'attend ? Enceinte de jumeaux, la jeune Madeleine décide d'instruire ses petits et ce dès les premières semaines de sa grossesse. Par malheur, elle y parvient. Au bout de six mois, les deux fœtus, Louis et Céline, ont atteint le niveau de connaissance d'un étudiant modèle. Mais avec les mathématiques, la philosophie et les sciences naturelles, ils apprennent aussi et malgré eux l'existence de la souffrance, de la maladie et de la guerre. Si bien qu'au moment de venir au monde, alors que tous s'apprêtent à célébrer leur arrivée, Louis et Céline se demandent anxieusement : naître ou ne pas naître ?

 

 

 

Mes impressions :

Le dialogue entre Dieu et Louis est très bien écrit.
- Pourquoi nait-on ?
Pour connaitre l'enfer sur Terre et quelques bonheurs, est-ce que cela vaut le coup ?

Un livre sur la vie, la vie vaut-elle d'être vécu ?
Falllait-il écrire un livre aussi absurbe pour avoir cette réflexion ? Cela aurait pu être écrit plus intelligemment.
Pascall Bruckner est obnubilé par le petit, aurait-il voulu rester petit ?

Pour moi ce livre c'est du grand n'importe quoi, un livre pour rien, des arbres abattus pour rien.

Franchement je ne le conseille vraiment pas, à mois que vous n'ayez vraiement plus de livres à lire.

commentaires

 

 

 

Posté par toinette80 à 09:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 septembre 2014

Une bonne raison de se tuer de Philippe BESSON

9782260020035

Quatrième de couverture ;

"Je n'ai pas eu le choix,

Pardon."

Mes impressions :

Dans ce livre, 2 vues du suicide complètement différente.

Tout d'abord Laura Parker qui a décidé de se suicider le soir-même, puis Samuel Jones où là c'est son fils, Paul, de 17 ans qui s'est suicidé.

Laura en a marre de vivre car son mari l'a quittée comme une malpropre, puis son premier fils est parti travailler à l'autre bout de l'Amérique et enfin son deuxième fils vit chez son père. Il a avoué à son père qu'il était homosexuel et son père l'a mis à la porte mais il n'est pas venu se réfugier chez sa mère et elle en ressent une profonde tristesse. Il ne vient la voir que pour avoir de l'argent et repart aussitôt.
Pour elle, plus rien en la retient à la vie, même pas ses amis à son travail et ses amis à l'extérieur, elle se sent inutile. Mais il suffirait d'un appel gentil de l'un de ses 2 fils pour qu'elle change d'avis ou le contact d'une personne plus malheureuse qu'elle.

Samuel a perdu son fils, il s'est suicidé mais pourquoi ? Il s'est pendu un jeudi dans son lycée. Son père est un peu rassuré car il ne s'est pas suicidé le dimanche soir quand il l'a ramené chez sa mère et grâce à cela il se sent un peu moins responsable. Jusqu'à l'enterrement il se demande pourquoi il s'est suicidé, il n'a laissé aucune lettre, aucun mail, rien. Le jour de l'enterrement, il rencontre Scotty, un ami de son fils qui croit savoir les raisons de cet acte.

Contrairement à ce que croyait ma fille, ce livre m'a  fait un bien fou. Je me suis rendue compte que malgré mes douleurs et le chômage de mon mari, nous étions bien entourés. Pour ma part j'ai mes enfants, mon mari et même ma mère qui s'inquiète pour moi. J'ai également de très bons amis réels et aussi des amis via le net et mes 2 blogs. Grâce à tout cela mes douleurs je les supporte mieux.

Merci Monsieur Besson pour ce très beau livre.

images

Posté par toinette80 à 08:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


01 juin 2014

Le club des cing en péril d'Enid Blyton

 

51TsS5MyBFL

 

LE CLUB DES CINQ
EN PÉRIL

par Enid BLYTON

*

Le « Club des Cinq » est une fois de plus au complet. François, Claude, Mick et Annie sont partis à bicyclette dans l'intention de camper paisiblement et de bien s'amuser. Ils ont emmené leur chien Dagobert, bien entendu. Mais la rencontre avec le jeune Richard, enlevé peu après par des inconnus, sous les yeux de Mick et d'Annie va jeter les Cinq dans une série d'aventures sensationnelles dont la mystérieuse taverne de la Chouette est le théâtre. Que se passe-t-il dans cette sinistre demeure, toute seule en haut d'une colline ? Faits prisonniers à leur tour en se portant au secours de leur ami Richard, les Cinq s'efforcent de tromper la surveillance du Bossu, leur gardien. Le mystère s'épaissit... Le péril augmente...

 

Mes impressions :

J'ai trouvé ce livre à la bibliothèque de mon village pour pouvoir participer au challenge "Un mot, des titres" de Calypso car il fallait le mot "CLUB" dans le titre.

C'est une histoire policière pour enfants à partir de 10 ans. Je n'avais jamais lu les club des 5 et cela m'a plu. L'histoire est bien menée pour l'âge des lecteurs. Pour moi, un adulte de 47 ans, c'est une histoire facile mais sympa.

 

Un_mot_des_titres

 

Posté par toinette80 à 07:23 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

25 février 2014

Le symbole perdu de Dan BROWN

Quatrème de couverture :

Après les secrets du Vatican et de la pyramide du Louvre, Dans Brown nous dévoile la face cachée de Washington et les mystères du Capitole.

Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d'urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut grade, pour une conférence à donner le soir même. En rejoignant la rotonde du Capitole, il fait une macabre découverte.
Ce sera le premier indice d'une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie.
Une aventure où s'affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon.

Mon avis :

Ma dernière phrase en terminant ce livre " 595 pages pour ça".

L'histoire en elle-même est très bien et l'intrigue passionnante. Des images un peu tirés par les cheveux mais cela peut passer mais la fin !!!! La fin ni fait ni à faire. Du grand n'importe quoi et surtout sans intérêt. Une énorme déception et donc cela m'a gâché tout le plaisir de ce livre.

L'avez-vous lu ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ?

 

Posté par toinette80 à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2013

Mémoires d'outre-mère de Guy BEDOS

Résumé :

" Je n'ai pas rêvé. J'ai bien vu ma mère frapper mon père avec un marteau. Je dois avoir entre deux et trois ans... " C'est sur cette image d'enfance indélébile que s'ouvrent les souvenirs de Guy Bedos. L'image d'une mère qu'il ne parviendra jamais à aimer ni à oublier. Autour d'elle, l'Algérie, celle des petits Blancs racistes de son entourage, celle aussi de Finouche, l'institutrice qui lui fait découvrir d'autres valeurs, la tolérance, le respect des autres. Puis c'est la France, les débuts sur les planches...

Humoriste à succès, satiriste impitoyable engagé dans la vie politique, Bedos lève le voile sur les bonheurs et les blessures de l'homme privé avec la même franchise provocatrice et généreuse dont il fait preuve sur scène, dans des pages où l'on croisera aussi les silhouettes de Sophie Daumier et d'Alain Delon, de Boris Cyrulnik et de François Mitterrand. Tous ceux qui, de près ou de loin, en bien ou en mal, ont marqué sa vie.

Mon avis :

Autobiographie de Guy Bedos, il nous raconte son enfance en Algérie jusqu'à ses 16 ans. La maltraitance de sa mère et de son beau-père jusqu'à ses 18 ans, l'âge où il prend son indépendance. Le non-amour jusqu'à ses 70 ans au moins (date de la parution de son livre) Elle est méchante dans ses actes et dans ses propos.

Il nous explique aussi ses débuts sur les planches qui n'ont pas été faciles. Il nous raconte son amitié avec François Mitterrand, de leurs diners à l'Elysée et aussi de ses discussions très instructives.

La mort lui  fait très mal, il nous parle de celle de sa soeur, de son ex-femme, de ses amis et de son chien (car un chien fait parti de la famille).

Je trouve qu'il nous raconte très bien sa vie sans trop de misérabilisme. Vous l'avez remarqué j'aime ce Monsieur.

Mon prochain de Bedos sera "Je craque".

Posté par toinette80 à 10:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 août 2013

Sans laisser d'adresse de Pierre BELLEMARE

Quatrième de couverture :

"Au fil de ces 28 enquêtes, vous irez de surprises en étonnements et peut-être vous laisserez-vous gagner par le doute... mais je vous le confirme, la vie est toujours plus extraordinaire que toutes les inventions de notre imaginaire." Pierre Bellemare

Mon avis :

J'adorais écouter Pierre Bellemare sur Europe1 et j'aime lire ces histoires toujours vraies et toujours incroyables et ce livre m'a plu une fois encore.

28 histoires de disparitions plus ou moins volontaires.

Pour moi la meilleure est "Disparaissez, je le veux !", comment devenir très riche en disparaissant sans le vouloir et sans se cacher.

Celle que j'ai aimé le moins est "L'ami Pierrot" car elle raconte l'histoire de Vidocq est je n'ai pas accroché.

Encore un très bon moment passé grâce à Monsieur Bellemare.

Posté par toinette80 à 17:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 juillet 2013

Le garçon en pyjama rayé de John BOYNE

garcon_pyjama_raye

Quatrième de couverture :

Vous ne trouverez pas ici le résumé de ce livre, car il est important de le découvrir sans savoir de quoi il parle. On dira simplement qu'il s'agit de l'histoire du jeune Bruno que sa curiosité va mener à une rencontre de l'autre côté d'une étrange barrière. Une de ces barrières qui séparent les hommes et qui ne devraient pas exister.

Une lecture d'une force inoubliable, à partir de 12 ans.

Mon avis :

- Le fourreur est venu manger chez Bruno puis son père est muté.

- Ils arrivent à Hoche-Vite, une promotion pour son papa mais une catastrophe pour sa famille.

 

Etonnant comme livre car nous découvrons le camp d'Auschwitz à travers les yeux d'un enfant de 9 ans. Bouleversant comme vous pouvez l'imaginer. La fin est l'une des plus effroyables que j'ai lu.

Posté par toinette80 à 17:21 - - Commentaires [11] - Permalien [#]