21 juin 2012

L'étrange disparition d'Esme Lennox

66397937

Quatrième de couverture :

A Edimbourg, un asile ferme ses portes, laissant ses archives et quelques figures oubliées resurgir à la surface du monde. Parmi ces anonymes se trouve Esme, internée depuis plus de 60 ans et oubliée des siens. Une situation intolérable pour Iris qui découvre avezc effroi l'existence de cette grand-tante inconnue. Quelles obscures raisons ont pu plonger la jeune Esme, alors âgée de 16 ans, dans les abysses de l'isolement ? Quelle souffrance se cache derrière ce visage rêveur, baigné du souvenir d'une enfance douloureuse ? De l'amitié naissante des deux femmes émergent des secrets inavouables ainsi qu'une interrogation commune : peut-on réellement échapper aux fantômes de son passé ?

"A chaque pagez - jusqu'à l'ultime-, c'est la stupéfaction; Magistral." (Jeanne de Ménibus, Madame Figaro)



Mon avis :

C'est une très jolie histoire mais très triste. L'histoire est difficile à lire car il n'y a pas de chapitres et tout est à la suite, ce n'est vraiment pas facile à lire.
L'histoire se raconte à travers trois personnes et les histoires se superposent et j'ai eu du mal à m'y retrouver. L'histoire se passe en Inde et en Écosse dans les années 40 et maintenant. A cette époque les secrets de famille se taisaient et la honte se cachait. Ils ne savaient rien de la vie sexuelle et personne n'en parlait même  quand une fille se mariait. On faisait ce que les parents voulaient et puis c'est tout.
La fin est celle qu'il fallait et je ne voyais pas le livre se terminait autrement.

Ce livre a été lu dans le cadre de mon challenge personnel ainsi que dans le cadre du challenge psy.

Posté par toinette80 à 13:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


05 avril 2012

Délicieuses pourritures de Joyce Carol OATES

Présentation de l'éditeur :

L'époque: les années 75. Le décor: un "collège" féminin prestigieux de la Nouvelle Angleterre. La guerre du Vietnam est terminée. Il n'y a plus vraiment de combat idéologique: les aînés s'en sont chargés. En revanche on conteste plus que jamais les valeurs bourgeoises sur fond de drogues, de cigarettes, d'art et de poésie. On est très entichées de D.H. Lawrence, récemment redécouvert.

Le thème : Gillian Brauer, 20 ans, brillante étudiante de troisième année, voudrait briller encore davantage aux yeux de André Harrow, son charismatique professeur de littérature, qui, cette année-là, a créé un atelier de poésie aussi recherché que sélectif. Fatigué des poèmes plus ou moins convenus qu'elles produisent, Harrow décide de faire écrire et lire en classe à ses élèves leur journal intime, n'octroyant ses compliment qu'aux confessions les plus osées, ce qui provoque surenchères et accidents parmi les élues (anorexie, tentatives de suicide). Car, on s'en doute, toutes ces demoiselles sont amoureuses de leur professeur qui en joue sans vergogne. Et Gillian est décidée à plaire autant que Harrow à séduire. Une situation classique, mais dont Oates ne saurait tolérer qu'elle soit ordinaire. La liaison de Gillian avec Andre Harrow n'a donc rien de banal. Très vite, le rôle glauque de la mystérieuse Dorcas, l'épouse -française- d'André, apparaît dans toute sa perversité. Sous le prétexte de recherche d'inspiration artistique, Dorcas utilise les élèves de son époux pour satisfaire ses propres fantasmes. Rapports de domination dont sont victimes les "stagiaires" plus vulnérables, en général les plus douées intellectuellement. 

Mon avis :

Rédigé juste après la fin de ma lecture. Je trouve ce livre malsain, ignoble.
A 20 ans, l'amour n'a pas de limites, les filles sont prêtes à tout pour être aimé surtout si elles ont eu une enfance malheureuse.

MAIS : les adultes doivent-ils en profiter innocemment ?
Peut-on traiter des jeunes filles comme des bêtes et de les avilir à ce point ?
A-t-on le droit de publier, dans un magazine national, des photos privées sans le consentement de la personne ?
Dans ce livre la non-assistance à personne en danger est omniprésente.

J'ai été très mal à l'aise à la fin de ce court roman (125 pages), il aurait été plus long je ne l'aurai pas terminé. Beaucoup d'entre vous aiment Oates mais moi je vais en rester là avec cette auteure car ces autres livres sont à peu près aussi malsain donc ce n'est pas pour moi.

Un grand merci à Liyah pour ce livre-voyageur.

Posté par toinette80 à 09:14 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

07 janvier 2012

Dernières nouvelles des oiseaux

51lXk41vrHL

Quatrième de couverture :

" Ce soir-là, le président présidait une remise de prix au lycée de H. Dès le cinquième très bon élève, il bâilla. Tandis que se poursuivait l'éprouvante cérémonie, l'idée arriva dans son cerveau et, s'y trouvant bien sans doute, commença de germer. Une idée simple, une idée scandaleuse.

D'accord, il faut récompenser les très bons élèves, mais pour quelle raison ceux que je vois ce soir monter un à un sur la scène sont-ils tellement ennuyeux?

Premièrement parce qu'ils se ressemblent tous.

Deuxièmement parce qu'ils acceptent, sans protester, les matières au programme.

Pourquoi ne pas couronner d'autres enfants, des talents cachés, des passionnés qui explorent sans relâche, qui ne supportent que la liberté, que les devoirs qu'ils se donnent eux-mêmes? D'abord, nous donnerons à chacun d'entre eux un grand prix de la Passion. Et ensuite... La suite est un secret. "

Librement inspiré de l'aventure d'Airbus et de l'A380

Erik ORSENNA, conseiller d'état, préside le Centre International de la Mer

Mon avis :

Comme toujours avec Erik Orsenna, une très belle histoire. J'aime beaucoup sa façon de raconter une histoire de manière très poétique.
7 enfants sont invités sur une île pour ne rien faire et ne vivre que de leur passion. Ils restent chacun de leurs côtés jusqu'à l'arrivée d'une tempête et l'île est envahie par la mer, il faut évacuer mais comment ?
C'est grâce à cela que 7 personnes solitaires se sont trouvés et ont décidé d'une solution. Même la personne la plus détestée du groupe s'avère très utile et il a été mis à contribution.
Dans ce conte, Orsenna nous démontre que toute personne est importante et qu'il ne faut jamais laisser quelqu'un de côté.

Je vous mets la définition de le honte vu par l'auteur :

"La honte est un méchant microbe.
Quand il entre en quelqu'un, il lui ronge la volonté, la gaieté, tout ce qui donne l'envie et le plaisir de vivre. Le honteux s'enfouit sous terre, comme un animal qui hiberne. Il s'enferme sur lui-même. IL ne répond plus aux paroles ni aux sourires. IL demeure immobile, les mains moites et les yeux baissés, accrochés à la pointe de ses chaussures."

Je trouve que c'est la pure vérité, et vous ?


 

Posté par toinette80 à 06:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 octobre 2011

Totally killer

411LOZjkBULQuatrième de couverture :

New York, 1991. La belle et ambitieuse Taylor Schmidt, fraîchement diplômée d'une université du Missouri, débarque dans la Grosse Pomme à la recherche d'un job et du grand amour. Crise économique oblige, elle erre de bureau de placement en bureau de placement, jusqu'à ce qu'une mystérieuse agence lui propose "le job pour lequel on tuerait". Deux jours plus tard, Taylor se retrouve jeune éditrice d'une maison d'édition new-yorkaise et découvre avec effroi le prix à payer : elle va effectivement devoir assassiner quelqu'un.

Théorie du complot et culture pop se mélangent dans ce roman politiquement incorrect à l'humour noir décapant qui tient à la fois de la satire grinçante et du thriller paranoïaque. "Totally Killer" est le premier roman brillant et palpitant de toute une génération.

 

 

 

Mon avis :

Je l'ai lu il y a déjà plusieurs mois et ma mémoire n'a pas tout retenu du livre. C'estun sujet intéressant et rarement écrit. La fin m'a vraiment étonnée car je ne m'attendais pas à cela.

Merci à Alex pour ce prêt et maintenent il s''envole chez Lystig.

La critique d'Alex se trouve ici 

52548710

 

 

 

Posté par toinette80 à 16:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

30 avril 2011

Eric ORSENNA

La grammaire est une chanson douce

9782253149101

Ce livre est un enchantement, j'ai adoré. C'est un écrit doux, pleins de poésie. C'est un hymne à l'amour des mots, de toutes les langues du monde. Je ne peux faire de résumé car c'est un livre d'à peine 140 pages avec des illustrations, je peux simplement vous dire que c'est l'histoire d'un frère et d'une soeur échoué sur une île et ils ne peuvelt plus dire un mot.. Ils sont recueillis par Monsieur Henri et ils vont découvrir l'île aux mots.

Je pense que ce livre devrait être étudié dans toutes les écoles primaires pour faire connaître l'importance de l'orthographe, de la grammaire dans notre vie de tous les jours.

 

 

 

Les cavaliers du subjonctif

Sans_titre

Quatrième de couverture :

Il y a ceux qui veulent gendarmer le langage et le mettre à leur botte, comme le terrible Nécrole, dictateur de l'archipel des mots, et la revêche Mme Jargonos, l'inspectrice dont le seul idéal d'"appliquer le programme". Et puis il y a ceux qui ne l'entendent pas de cette oreille, comme Jeanne et Thomas, bientôt traqués par la police comme e dangereux opposants....

Leur fuite les conduira sur l'île du Subjonctif. Une île de rebelles et d'insoumis. Carl e subjonctif est le mode du désir, de l'attente, de l'imaginaire. Du monde qu'il devrait être....

Après l'immense succès de "La grammaire est une chanson douce", Erik Orsenna, académicien hors norùe, poursuit son combat en faveur de la langue, non pas en "magister", mais en poète, en homme épris des mots et des vastes horizons qu'ils nous ouvrent.

Ce conte enchanté n'est pas juste un joli livre, mais aussi une bonne action.

Je le conseille à tous les allergiques de la conjugaison car dans ce livre, elle est expliquée clairement.

 

La révolte des accents

orsenna

Extrait…
« Depuis quelque temps, les accents grognaient. Ils se sentaient mal aimés, dédaignés, méprisés. À l’école, les enfants ne les utilisaient presque plus. Les professeurs ne comptaient plus de fautes quand, dans les copies, ils étaient oubliés. Chaque fois que j’en croisais un dans la rue, un aigu, un grave, un circonflexe, il me menaçait.
– Notre patience a des limites, grondait-il. Un jour, nous ferons la grève. Attention, notre nature n’est pas si douce qu’il y paraît. Nous pouvons causer de grands désordres.
Je ne les prenais pas au sérieux. Je me moquais :
– Une grève, allons donc ! Et qui ça dérangerait, une grève des accents ?
Je sentais bien monter leur colère. Je ne croyais pas qu’ils préparaient quelque chose.
J’en suis certain, quand j’y pense, c’est l’affaire des ordinateurs qui a tout déclenché. Le fournisseur s’est trompé. Il a livré au collège des ordinateurs de langue anglaise : aucun accent sur le clavier.
Nos amis se sont rués chez moi. J’ai eu le tort, le très grand tort de me moquer d’eux. J’ai eu le tort, le très grand tort de leur dire qu’il valait mieux des ordinateurs sans accents que pas d’ordinateur.
Ils m’ont fait la leçon et puis ils m’ont insultés.
– Chaque langue a sa logique. Libre à l’anglaise et à l’américaine de vivre sans accents. Mais vous nous avez trahis. Dorénavant, c’est la guerre. »

Mon avis :

Je l'ai lu il y a quelques mois et je n'en garde pas un souvenir impérissable, il est bien mais sans plus.

 

Et si on dansait ?

9782234060586

Après 'La grammaire est une chanson douce', après 'Les Chevaliers du subjontif, après 'La Révolte des accents', Erik Orsenna poursuit les aventures grammaticales de son héroïne Jeanne et de son frère Tom. Ou comment vont-ils découvrir cette fois l'art de ponctuer leur vie... Jeanne a 16 ans désormais. Depuis les débuts de son exploration de la grammaire, elle a grandi et s'est enhardie. Elle est aujourd' hui à la tête d'un commerce illicite : elle rédige et monnaye les devoirs des élèves de l'île. De fil en aiguille, elle va devenir le nègre des hommes politiques et rédiger leurs discours. C'est à cette occasion, l'élargissement de sa clientèle au monde politique, que l'importance de la ponctuation lui saute aux yeux, ou plutôt aux oreilles. Avec l'aide de Tom, son frère musicien, elle apprend les bases de la musique et du rythme pour parfaire les discours qu'elle écrit. Car qu'est-ce qu'un discours sinon une sorte de chanson où la musique, le ton, le rythme jouent un rôle aussi grand que les paroles ?

Mon avis ;

Je l'ai lu il y a quelques mois et je ne m'en souviens plus très bien donc je le relirai un jour car il va vite à lire il ne fait que 118 pages.

Posté par toinette80 à 12:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

30 août 2010

Les cavaliers du subjonctif

samedi 23 février 2008

Les cavaliers du subjonctif

Sans_titre

Quatrième de couverture :

Il y a ceux qui veulent gendarmer le langage et le mettre à leur botte, comme le terrible Nécrole, dictateur de l'archipel des mots, et la revêche Mme Jargonos, l'inspectrice dont le seul idéal d'"appliquer le programme". Et puis il y a ceux qui ne l'entendent pas de cette oreille, comme Jeanne et Thomas, bientôt traqués par la police comme e dangereux opposants....

Leur fuite les conduira sur l'île du Subjonctif. Une île de rebelles et d'insoumis. Carl e subjonctif est le mode du désir, de l'attente, de l'imaginaire. Du monde qu'il devrait être....

Après l'immense succès de "La grammaire est une chanson douce", Erik Orsenna, académicien hors norùe, poursuit son combat en faveur de la langue, non pas en "magister", mais en poète, en homme épris des mots et des vastes horizons qu'ils nous ouvrent.

Ce conte enchanté n'est pas juste un joli livre, mais aussi une bonne action.

Je le conseille à tous les allergiques de la conjugaison car dans ce livre, elle est expliquée clairement.

Posté par toinette80 à 08:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 août 2010

La grammaire est une chanson douce

vendredi 15 février 2008

La grammaire est une chanson douce
d'Erik Orsenna

9782253149101

Ce livre est un enchantement, j'ai adoré. C'est un écrit doux, pleins de poésie. C'est un hymne à l'amour des mots, de toutes les langues du monde. Je ne peux faire de résumé car c'est un livre d'à peine 140 pages avec des illustrations, je peux simplement vous dire que c'est l'histoire d'un frère et d'une soeur échoué sur une île et ils ne peuvelt plus dire un mot.. Ils sont recueillis par Monsieur Henri et ils vont découvrir l'île aux mots.

Je pense que ce livre devrait être étudié dans toutes les écoles primaires pour faire connaître l'importance de l'orthographe, de la grammaire dans notre vie de tous les jours.

Posté par toinette80 à 08:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]