02 juin 2015

Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis SEPULVEDA

url458

Quatrième de couverture :

Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d'El Idilio les accusent à tort du meurtre d'un chasseur blanc - seule échappatoire à la barbarie des hommes - pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse...

"Il ne faut pas 20 lignes pour qu'on tombe sous le charme de cette feinte candeur, de cette fausse légèreté, de cette innocence rusée. Ensuite, on file sans pouvoir s'arrêter jusqu'à une fin que notre plaisir juge trop rapide."

Mon avis :

C'est une superbe histoire, j'ai adoré, j'ai voyagé en Amazonie. J'ai fait la connaissance des habitants de la forêt amazonienne, un vrai dépaysement. J'ai vécu aussi avec animaux sauvages (surtout les serpents). J'ai fréquenté les gringos, les chasseurs d'or.

J'ai vécu en Amazonie le temps de cette lecture qui est trop rapide (le livre ne fait que 121 pages, c'est vraiment trop court). En plus de ce voyage en Amazonie j'ai connu un vieux qui aimait les romans d'amour. Un pur délice ce livre.

url444

 

Posté par toinette80 à 11:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


04 avril 2015

La femme noire qui refusa de se soumettre d'Eric SIMARD

30568895

Résumé emprunté sur le site de Ricochet :
Jeune femme noire née au début du XXème siècle dans le sud des Etats-Unis, Rosa Parks a une conscience aiguë du racisme dont ses semblables sont encore victimes malgré l’abolition de l’esclavage. Un jour, en 1955, elle va refuser de céder sa place à un blanc dans un bus. Elle entraîne après elle un formidable mouvement de protestation qui aboutit à casser les lois ségrégationnistes de l’Alabama. Rosa Parks devient à partir de ce moment une pasionaria du mouvement des droits civiques.

Le livre est bâti sur un point de vue original, auquel il faut s’habituer : le narrateur est… le sourire de Rosa Parks. L’image de la bouche expressive est d’ailleurs filée tout au long de l’histoire. La construction du récit est elle classique, linéaire ; il s’agit de la vie de Rosa. Un aperçu de l’enfance et des années d’études de cette dernière permet au lecteur de saisir l’arrière-plan socioculturel qui sous-tend son action : elle a osé agir car son éducation l’y avait préparé. De même, l’auteur opère une bonne mise en contexte du sujet : d’où vient la ségrégation, pourquoi les années 1950 ont été propices à un soulèvement… Du coup, les quelques pages de dossier final, qui ne reprennent pas les éléments explicatifs de l’histoire, apparaissent bien succinctes. Mais l’ambition de la collection – illustrer l’Histoire par des événements marquants représentatifs d’un phénomène– est ici atteint. Les illustrations, aplats généreux de couleurs, m’ont fait penser par moments à Edward Hopper et ses interrogations sur le monde urbain. Un hommage louable à une femme d’honneur que l’on a trop facilement oubliée.

Mon avis :

Rosa PARKS née le 4 février 1913 dans l'Alabama aux Etats Unis, elle est décédée le 24 octobre 2005. Entre ses deux dates elle avait vécu une vie extraordaire, elle n'a jamais baissé les bras, elle ne s'est jamais laissée faire et grâce à elle les noirs ont obtenu beaucoup plus de droits.

 

Le 1er décembre 1955, elle refuse de céder sa place dans un bus.

Le 13 novemvre 1956, la cour suprème des Etats Unis a cassé les lois qui établissaient une ségrégation dans les bus.

Le 20 décembre 1956, après 382 jours de boycotts les noirs ont repris les bus.

Le 4 avril 1968, Martin Luther King est assassiné.

rosaparks400_460x300

Posté par toinette80 à 11:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mars 2015

L'héritage de Tata Lucie de Philippe SAIMBERT

l_heritage_de_tata_lucie

Quatrième de couverture :

Tata Lucie est une emmerdeuse. De son vivant ce n'était pas une sainte mais, une fois morte, elle se surpasse pour pourrir la vie de sa famille. Le testament est clair : pour toucher l'héritage, ses neveux doivent s'installer avec toute leur famille dans la maison de la défunte. Et ce n'est pas un palais ! Tata Lucie leur a réserve une autre surprise, une sorte de chasse au trésor rocambolesque, les pieds dans la boue. Bienvenue à la campagne ! C'est certain, les chers neveux ne vont pas s'ennuyer et, au coeur du Béarn, ils sont entraînés dans une aventure qu'ils ne risquent pas d'oublier... Mais que ne ferait-on pas pour toucher le pactole ? Comique de situation, dialogues savoureux et coups de théâtre s'enchaînent jusqu'au final orchestré par la chère tata Lucie. Un dénouement forcément étonnant.

Mon avis :

J'ai passé un excellent moment avec les héritiers de Tata Lucie. Une vraie jubilation. Cette histoire est racontée par Joseph, le fils du frère aîné, âgé de 14 ans. Nous passons un mois de juillet tout en rebondissement car il faut trouver un bijou, caché par Tata Lucie, pour toucher l'héritage. Elle les guide, au-delà de la mort, par des énigmes auxquels il faut répondre pour avancer. Un vrai jeu de pistes. Les 4 frères, leurs épouses et leurs enfants vont passer par toutes les étapes de la gaieté à la fureur.

Je ne peux que vous le conseiller fortement pour passer un très agréable moment.

Posté par toinette80 à 08:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 juin 2013

Concerto à la mémoire d'un ange

concerto

Quatrième de couverture :

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ?

Quel lien entre un simple marin et un escroc international qui vend des bonduieuseries usinées en Chine ?
Par quel miracle une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ?

Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l'ordinaire et l'extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons-nous un destin ?

Concerto à la mémoire d'un ange est suivi du journal tenu par Eric-Emmanuel Schmitt durant l'écriture.

Un recueil de nouvelles déroutantes et touchantes où les destins basculent pour le meilleur ou pour le pire. Humour souvent noir, accompagné d'une naïveté apparente, le tout au service d'une réflexion originale.

Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire.

Mon avis :

1ère nouvelle : L'empoisonneuse

Histoire d'une femme qui aurait tué ses trois maris et son amant. Elle a été acquitté faute de preuve. C'est l'attraction du village. Un jeune prêtre arrive dans ce village et la vie de l'empoisonneuse va être bouleversée. Une très belle histoire.

2ème nouvelle : Le retour

C'est l'histoire d'un mécanicien sur un bateau qui apprend la mort d'une de ses filles mais sans savoir laquelle des 4. Il aura la réponse dans 3 jours; alors iul se pose 1000 questions et refait sa vie avec chacune de ses filles. L'histoire qui m'a le plus marqué dans ce livre.

3ème nouvelle : Concerto à la mémoire d'un ange

Jusqu'où peut-on aller pour gagner ?
Jusqu'où peut-on allet pour se repentir ?
Jusqu'où peut eller pour se venger ?
Voilà les 3 questions de ce texte. Une merveille de vérité.

4ème nouvelle : Un amour à l'Elysée

Peut-on continuer à faire semblant d'aimer pour garder le pouvoir suprême ? 

J'adore Schmitt et ce recueil m'a de nouveau emballé. J'aime son écriture, j'aime ses textes en un mot j'adore cet auteur.

 

Posté par toinette80 à 10:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 avril 2013

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran

monsieur_ibrahim

Quatrième de couverture :

Paris, année 1960.

Momo, un garçon juif de douze ans, devient l'ami du vieil épicier arabe de la rue Bleue pour échapper à une famille sans amour.
Mais les apprences sont trompeuses : Monsieur Ibrahim n'est pas arabe, la rue Bleue n'est pas bleue, et la vie ordinaire peut-être pas si ordinaire...

Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran s'est vendu à près de trois millions d'exemplaires dans le monde.

Mon avis :

Je commence par deux phrases tirées de ce livre :

- A Paris Arabe veut dire épicier ouvert de 6h à minuit 7 jours sur 7

- C'est sourire qui rend heureux.

Pour moi ce fut un joli conte court (75 pages) plein de poésie. Ce livre nous fait voyager et nous apprenons à vire autrement dans ce livre et à faire confiance aux autres et à croire à nos rêves.

J'aime beaucoup Eric-Emmanuel SCHMITT et ce livre m'a encore plu. Merci monsieur SCHMITT pour vos jolis écrits.

 

Posté par toinette80 à 10:23 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


19 mars 2013

Les villas rouges d'Anne SECRET

Les_villas_rouges

Présentation de l'éditeur

Lors d'un transfert pénitentiaire dans Paris, un activiste allemand, mélangeant terrorisme et voyoucratie, est libéré par un commando. Un policier trouve la mort dans l'opération. Kyra, la conductrice de la voiture d'interception, plonge dans la clandestinité et la cavale. Partant de là, le livre d'Anne Secret mute et devient la narration fidèle d'une errance. De villas cossues en baie de Somme à Paris, et d'Ostende au casino de Luxembourg, on accompagne la jeune femme, raccrochée à la vraie vie à travers les nouvelles du monde dispensées par la presse. Kyra poursuit un double but : retrouver un amour trop vite disparu et donner un sens à son existence qu'on devine terne avant l'événement. Ces quêtes relèvent de l'absolu et sont la marque d'une expérience solitaire. Kyra passe un temps infini à attendre, mais cette solitude erratique ne lui pèse pas, sachant qu'elle écrira le mot fin à son histoire. Anne Secret, dépositaire inspirée d'une écriture du comportement, évite les afféteries stylistiques et le pathos encombrant. Nous sommes dans le factuel, la fuite, la naissance du désespoir au centre de paysages noyés, de contacts improbables, de manipulations désinvoltes. Dans ce roman, comme dans L'Escorte (Fayard, 2005), l'écrivain reste cinglante et précise, juste dans la dérive politique et compassionnelle pour les apprentis héros de seconde division.

Mon avis :

L'histoire de ce livre se déroule dans ma région. Les héros passent par Ameins, Abbeville, Ault-Aunival, la Baie de Somme, etc...

C'est l'histoire de voyous que tout oppose. C'est bien mais sans plus, je l'ai lu en juin 2012 et il ne m'en reste rien de l'histoire. Dans mon résumé de mon cahier j'ai noté que cela devait finir comme cela devait finir mais je ne me souviens plus du tout de l'histoire. Un livre qui m'a un peu intéressé car il se passe dans ma région.

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge "Vivent nos régions" de Lystig.

Posté par toinette80 à 10:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 juin 2012

Séquestrée

Séquestrée

Quatrième de couverture :

Séquestrée !

Annie O'Sullivan, 32 ans, est agent immoblier sur l'île de Vancouver. Par un dimanche ensoleillé d'août, l'homme à qui elle fait visiter une maison lui plante le canon d'un revolver dans le dos et l'oblige à monter dans une camionnette.

Après un an,
elle recouvre a liberté.

Quand Annie se réveille, elle est prisonnière, isolée dans une cabane au milieu des bois. Début d'un enfer au cours duquel ce monstre fera d'elle sa chose. Tortures psychologiques et sévices se succèdent... jusqu'à ce qu'elle parvienne enfin à s'échapper.

Mais son cauchemar
ne fait que commencer...

Débutent alors les séances chez sa psy. Annie révèle peu à peu l'horreur pour meiux l'éxorciser et réapprendre à vivre. Mais le pourra-t-elle jamais ? Un premier thriller choquant, terrifiant, envoûtant, inoubliable.

Mon avis :

Tout d'abord un grand merci à George pour le prêt de ce livre.

Dans ce livre nous suivons en parallèle l'année de détention d'Annie et sa renaissance. Les blessures d'enfance sont très présentes et je pense que nous apprenons à vivre avec mais nous n'en faisons jamais notre deuil. Un livre exaltant du début à la fin. Les premières séances chez la psychiatre sont très hard et je ne poiuvais lire qu'une séance par jour. Ensuite tout s'accélère et nous en apprenons plus sur la vie d'Annie. Ce livre m'a tenu en haleine jusqu'au dénouement qui m'a laissé sans voix car je n'avais rien vu venir (ou je n'ai pas voulu le voir).

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge psy de Métaphore.

Posté par toinette80 à 11:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

12 mars 2012

Juste avant

41YwsZUhKSL

Résumé :

Voici un texte qui alterne poésie douce et drôlerie franche. Par la voix d'une très vieille dame sur son lit de mort, et par celle de son arrière-petite-fille, une jeune femme que la vie moderne bouscule, cinq générations parlent. Face aux duretés de la vie, face à la mort qui sème la zizanie, leurs histoires transmettent une gaieté indéfectible. Un premier roman, un récit court qui traverse le siècle, réussite rare de vigueur et de simplicité.

Mon avis :

Tout d'abord je remercie Jeneen pour le livre-voyageur.

J'ai noté 2 phrases prononcées par la vieille dame :

  • Les hommes politiques sont des crapules
  • Quand on vit tellement vieux, y a plus beaucoup de copains pour vous emmener au cimetière

La 2ème phrase est tellement vraie et je trouve que c'est cela le plus triste dans un enterrement de "veux", le manque de monde. Les gens ne prennent pas le temps d'accompagner une personne âgée jusqu'à sa dernière demeure car ils se disent que c'est dans l'ordre des choses. Moi je mets un point d'honneur à accompagner ces "vieux"

C'est vraiment un très joli texte qui ne tombe jamais dans le mélo. Un siècle de vie racontée en 118 pages mais tout est dit.

La description de la lente agonie de la vieille dame est parfaite. J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre.

Clin d'oeil : je l'ai lu le jour de la fête des grands-mères.

Posté par toinette80 à 07:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 mars 2012

L'enfant des cimetières

51lnKoQdxqL

Présentation de l'éditeur :

Quand l'horreur sonne à votre porte et que les démons deviennent réalité... Êtes-vous prêt à ouvrir me livre de vos nuits blanches ?

Lorsque sa collègue Aurore l'appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d'une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort.

Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d'un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l'origine de cette épidémie meurtrière? Est-ce un homme ou un démon?

Le journaliste, qui n'a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l'enfant des cimetières, jusqu'aux confins de l'inimaginable...

Thriller gothique époustouflant, L'Enfant des cimetières est servi par une écriture nerveuse terriblement évocatrice qui laisse le lecteur hypnotisé par l'horreur. Attention, si vous commencez ce livre, vous ne pourrez plus le lâcher!

Mon avis :

Tout d'abord un grand merci à Laure pour ce prêt car je voulais vraiment le lire. 

Je ne dois pas être faite pour ce genre de lecture fanstastique et gothique. Je n'ai pas frémi comme avec les livres de Stefen King (que j'adore). J'ai trouvé les ficelles trrop grosses. Je suis peut-être passée à côté de celivre car je l'ai lu en 2 mois et c'est très long pour le suivi d'une lecture. J'étaius dans ma période "no lecture, no rien".

A très bientôt

Posté par toinette80 à 07:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 janvier 2012

Le violon d'Hitler

51MVcwBYYWL

Quatrième de couverture :

France 1940. Pourquoi Hitler a-t-il ordonné un soir, à l'issue d'un concert, l'exécution de Gustav Schultz ? Violoniste enrôlé dans l'armée allemande, celui-ci aurait été détenteur d'un prodigieux secret qui aurait provoqué la rage du Führer... Paris, de nos jours. Ancien agent israélien spécialisé dans la traque des criminels nazis, le violoniste Gal Knobel voit son passé le rattraper lorsqu'un mystérieux cardinal lui propose de découvrir ce qui a déclenché la colère d'Hitler. Un secret vieux de quatre siècles qui plongerait ses racines dans la Venise de la Renaissance. Effrayant et indicible, il pourrait faire vaciller l'histoire artistique et religieuse européenne. Pour découvrir la vérité, Gal Knobel devra parcourir l'Europe au péril de sa vie : au Vatican, à Venise, Paris et Genève, les nostalgiques du IIIe Reich sont légion à vouloir que le secret d'Hitler reste caché à jamais...

Mon avis :

Tout d'abord j'ai été attiré par la très jolie couverture du livre de poche et c'est pour cela que je me suis arrêté pour lire la quatrième de couverture.
Le suspense nous tient en haleine jusqyu'aux dernières pages du livre mais j'ai été déçu, un peu, par la fin. Elle est très vraisemblable car rien ne m'étonne au sujet d'Adolf Hitler car sa folie n'avait aucune limite.
Nous apprenons aussi beaucoup sur la chasse des nazis par le Mossad et l'association Simon Wisenthal.
Il ne cache pas que le Vatican et l'église catholique ont été la honte pour les catholiques et il faut plus s'étonner de l'érosion du catholicisme.
Un seul bémol la libération du violoniste dans la bibliothèque de Venise, trop bien pour être vrai

J'ai passé un très bon moment de lecture ainsi que mon médecin à qui je lui avais prêté. Si vous voulez le lire n'hésitez pas à me le demander.

Posté par toinette80 à 07:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]