14 juin 2016

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan

d-apres-une-histoire-vraie-par-delphine-de-vigan_5400951

Quatrième de couverture :

« Tu sais parfois, je me demande s'il n y a pas quelqu'un qui prend possession de toi. »

 

Mes impressions :

J'ai lu "Rien ne s'oopopse à la nuit" et ce livre est la conséquence de la parution de ce livre.

J'avais adoré ce livre et ce livre ne dément l'admiration que j'ai pour cette auteure. Ce livre raconte l'emprise mentale et c'est une vraie catastrophe car ces gens là savent reconnaitre les personnes qui vont mal. Moi-même je me suis fait avoir par une personne de ma famille et je pense qu'il n'y a que les gens qui ont connu cela peuvent comprendre ce livre.

L, l'amie de Delphine, est toujours présente dans les moments difficiles. Elle arrive à écouter et à comprendre Delphine. Elle refuse de rencontrer le mari et les enfants de Delphine car sinon elle serait démasquer. J'aime beaucoup la façon dont Delphine arrive à raconter son histoire.

Je ne suis peut-être pas objective car j'aime cette auteure et nous avons des points en commun. Nous avons des jumeuaxn garçon et fille, je suis aussi maladroite qu'elle et je suis aussi gauchère. J'espère un jour avoir le courage de lui écrire et de la rencontrer c'est vraiment mon rêve mais je n'ose pas. A travers ce blog j'espère qu'elle me lira et me mettra un commentaire (comme Jacques Expert)

images

Posté par toinette80 à 07:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


02 mars 2014

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de VIGAN

poster_136846

Mot de l'éditeur :

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

Quatrième de couverture :

Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre.

Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant de familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.

Mon avis :

C'est un livre très déchirant, un cri d'amour d'une fille à sa mère. Delphine de Vigan revient sur la maladie de sa mère, elle était bipolaire. Quelle enfance ont eu ces deux filles avec cette mère très malade. A cette époque,on ne s'occupait pas trop des enfants et donc dès que la mère ressortait de l'hôpital, les enfants revenaient et tout recommençait.
Cette femme ne savait pas le mal qu'elle faisait à ces enfants.
Ce livre m'a vraiment bouleversé car je suis dépressive et j'ai fait aussi beaucoup de mal à mes enfants et à mon mari. Malheureusement nous ne pouvons pas revenir en arrière. Je les aime de tout mon coeur.Je pense lire bientôt "Jours sans faim" du même auteur.

Posté par toinette80 à 14:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

02 février 2014

Les témoins de la mariée de Didier Van Cauwelaert

Résumé :

« Nous étions ses meilleurs amis : il nous avait demandé d'être ses témoins. Trois jours avant le mariage, il est mort dans un accident de voiture.
Ce matin, à l'aéroport, nous attendons sa fiancée. Elle arrive de Shanghai, elle n'est au courant de rien et nous, tout ce que nous savons d'elle, c'est son prénom et le numéro de son vol.
Qui aurait pu se douter qu'un tel drame redonnerait un sens à notre vie, et nous ferait enfin découvrir le bonheur ?
A nos risques et périls...
Elle nous bouleverse, nous fascine, nous rend fous, mais cette Chinoise de vingt ans est-elle la femme idéale ou bien la pire des tueuses ? »

Mon avis :

Une très belle histoire d'amitié entre 5 personnes.
L'ami le plus riche meurt et ses amis doivent accueillir sa future femme à l'aéroport. Ils ne lui disent pas la vérité et lui font croire qu'il est en Afghanistan.
Le livre est constitué de 4 parties chacune racontée par l'un de ses amis. Grâce à cela nous les connaissons mieux.
J'ai trouvé la fin fabuleuse. Une lecture qui ne laisse pas indifférent. J'ai beaucoup aimé.

Posté par toinette80 à 07:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 avril 2011

Fakirs

41uosbqP8_L

D'Antonin Varenne

Quatrième de couverture :

On ne sortait des Suicides qu'à la retraite, par démission, via une dépression ou en finissant soi-même avec son are de service dans la bouche. De ces options, toutes étaient souhaitées à Guérin, dans un ordre variable. Mais celle que personne n'avait envisagée était qu'il s'y sente comme un poisson dans l'eau. C'était arrivé.
Résultat, le lieutenant Guérin flanqué de son stagiaire, Lambert — avait ajouté à la haine de ses collègues la répulsion viscérale qu'inspirent les pervers, lorsque, plongeant dans ce qui répugne à tous, ils semblent s'y régaler. »

Ailleurs en France, au bord d'une rivière, John Nichols, un Franco-Américain installé dans un tipi, est convoqué à la gendarmerie de Saint-Céré. Là, on lui apprend la mort de son ami américain, Alan Mustgrave, intervenue alors qu'il s'écorchait en direct sur une scène du Paris underground, fort cotée pour ses spectacles sado-maso.
Soif de pouvoir, suicide, torture... On rit pourtant, jaune ou noir, c'est selon. L'auteur ne nous laisse aucun répit, et nous dépeint, en prime, de magnifiques personnages.

Mon avis :

Merci à Alex de m'avoir prêté ce livre. Il m'a beaucoup plu malgré que ce n'éétait pas la meilleure période pour le lire. C'est stressant comme atmosphère, c'est glauque et la fin est terrible. Alex m'avait laissé un mot " Bonne lecture - Accroche-toi", elle a raison. C'est un livre difficile mais que je pense qu'il faut lire car nous apprenons beaucoup de choses sur la police et leurs malaises ainsi que sur le monde la nuit à Paris et je pense dans toutes les grandes villes.

Vous pouvez lire son billet à cette adresse :

http://motamots.canalblog.com/archives/2010/10/17/18819179.html

Posté par toinette80 à 07:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 octobre 2010

Pars vite et reviens tard

9782290349311Quatrième de couverture :

Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. À première vue, on pourrait croire à l'oeuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges

Mon avis :

J'ai lu ce livre ce week-end car le film passé sur France 3 hier soir. Le livre m'a tenu en haleine jusqu'au bout car pour une fois je me moquais du nom de l'assassin mais je voulais comprendre ses motivations. C'est le premier livre de Fred Vargas ue je lis et je ne suis pas déçue. Pour le petite anecdote l'histoire se déroule à Paris et dans le 14ème arrondissement le nouvel arrondissement de ma fille (ma soeur y a habité aussi). Sur la quatrième de couverture le magazine Lire a écrit " Vargas assemble son puzzle(...) pour le bonheur d'un lecteur bluffé par son savoir-faire." Je suis tout à fait d'accord avec son analyse.

Mon avis sur le film :

Je l'ai vu hier soir et, comme d'habitude, j'ai été déçue.  L'unité de lieu n'est la même, dans le film cela se passe à Beaubourg, les motivations de l'assassin ne sont pas les mêmes non plus. José Garcia ne représente pas du tout le commissaire Adamsberd il ne lui ressemble pas du tout (car l'auteure décrit vraiment les personnages). L'histoire du crieur m'est pas du tout raconté et pourtant c'est important pour la comprréhension de l'hsitoire. J'imlagine bien qu'on ne peut pas suivre à la lettre l'histoire d'un livre mais le dénaturer comme cela c'est "honteux". Je ne comprends pas comment Fred Vargas a pu laisser passer ce film qui soi-disant est tiré de son livre.

Posté par toinette80 à 10:26 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

16 septembre 2010

Sukkwan Island

vann

Quatrième de couverture :

Une île sauvage du Sud de l'Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C'est dans ce décor que jim décide d'emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d'échecs personnels, il voit là l'occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu'il connait si mal.
La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devienjt vite incontrôlable. Jusuq'au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Sukkwan Island est une histoire au suspense intenanble. Avec ce roman qui nous entraine au coeur des ténèbres de l'âme humaine, David Vann s'installe d'emblée parmi les jeunes auteurs américains de tout premier plan.

Ce livre est l'un des premiers romans les plus marquants de mémoire récente.
(Robert Olen Butler)

Mon avis :

Je tiens d'abord à remercie Yspaddaden pour le prêt de ce livre. Je vais me faire des "ennemis" mais je n'ai pas trop aimé l'histoire. La première partie est trop longue sur certains aspects et trop courtes sur d'autres. Les dialogues ne sont pas indiqués donc des fois je n'arrivais pas trop à suivre. La deuxiè-me est plus dense mais sans plus. Heureusment l'honneur est sauf à la fin du livre. Une petite déception.

Posté par toinette80 à 00:42 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

21 mars 2010

Les révoltés de la Bounty

vendredi 21 août 2009

Les révoltés de la "Bounty"
de Jules Verne

Résumé pris sur Wikipédia

Les Révoltés de la Bounty est une nouvelle de Jules Verne, parue en 1879. Le récit est basé sur les annales maritimes britanniques relatives à la mutinerie qui s'était déroulée à bord de la Bounty en 1789, mais ne dit rien sur les événements qui l'ont précédée. Verne commence in medias res par la prise du navire par les mutins et l'abandon du capitaine, William Bligh, avec un certain nombre de membres d'équipage et du matériel de navigation. Bligh réussit à atteindre Timor à 6.710 kilomètres de son point de départ, en quarante-sept jours, à bord d'une petite embarcation surpeuplée. La nouvelle consacre les deux derniers chapitres au bilan de la mutinerie et un aperçu de la colonie de Pitcairn, fondée par Christian Fletcher, une poignée d'anglais et de tahitiens.

Le texte original est l'œuvre de Gabriel Marcel (1843-1909), géographe de la Bibliothèque nationale de France que Jules Verne connaissait bien car en 1878, les deux hommes avaient publié ensemble un ouvrage de vulgarisation intitulé Les Grands Navigateurs du XVIIIe siècle siècle. Jules Verne a relu et corrigé le manuscrit de Marcel dont il avait acquis les droits pour 300 francs.

Jules Verne a pris quelques libertés avec les faits, inventant le personnage de Bob, et rangeant parmi les mutins des hommes d'équipage qui étaient en fait dans la chaloupe.

Mon avis :

J'ai beaucoup apprécié cette lecture mais comme cela fait quelques semaines que je l'ai lu j'ai préféré prendre le résumé sur Wikippédia pour ne pas faire d'erreurs.

Posté par toinette80 à 06:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]