17 juin 2015

Le meilleur des mondes d'Aldous HUXLEY

9782266128568

Résumé emprunté sur le site de Pocket :

Bienvenue au Centre d'Incubation et de Conditionnement de Londres-Central. À gauche, les couveuses ou l'homme moderne, artificiellement fécondé, attend de rejoindre une société parfaite. À droite : la salle de conditionnement ou chaque enfant subit les stimuli qui plus tard feront son bonheur. Tel foetus sera Alpha – l'élite – tel autre Epsilon – caste inférieure. Miracle technologique : ici commence un monde parfait, biologiquement programmé pour la stabilité éternelle...
La visite est à peine terminée que déjà certains ricanent. Se pourrait-il qu'avant l'avènement de l'État Mondial, l'être humain ait été issu d'un père et d'une mère ? Incroyable, dégoûtant... mais vrai. Dans une réserve du Nouveau Mexique, un homme Sauvage a échappé au programme. Bientôt, il devra choisir : intégrer cette nouvelle condition humaine ou persister dans sa démence...

Mes impressions :

Je n'ai rien compris. J'ai pourtant lu jusqu'à la 100ème pages mais la science fiction n'est vraiment pas faite pour moi. Il fallait que je relise plusieurs fois le même passage pour le comprendre ou même pas (avec Matrix ce fut pareil et pourtant c'est un film).

Je passe mon tour et je pense que je ne relirai pas de science fiction de sitôt.

Posté par toinette80 à 17:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 avril 2014

3 livres abandonnés !!!

3091353176_c3d751fa2b_z_large

3 Livres abandonnés pour différentes raisons :

  1. Les voleurs de Manhattan d'Adam LEGER (prêté par Fransoaz) : Je n'ai malheureusment pas adhéré à ce teste. Je n'ai rien compris. Ce qui me rassure c'est que je suis loin d'être la seule.
  2. Dans le jardin de la bête d'Erik Larson (prêté par Laure) : Je ne suis vraiment pas faite pour les livres d'histoire. Ce livre est très intéressant sur la montée du nazisme mais je me suis ennuyée. Je demandais toujours à mon mari des explications (car lui c'est un féru d'histoire). Cela me cassait les pieds donc j'en ai lu un peu plus de la moitié et j'ai jeté l'éponge.
  3. Close-Up de Michel Quint (livre emprunté à la BM) : Je l'ai abandonné car tout d'abord les phrases étaient longues, pratiqueent une page, puis il y avait trop d'approximation. Exemple : "C'était un luindi ou peut-être un mardi, enfin c'était un début de semaine", cela amène quoi à l'histoire cela fait des phrases et du papier et rien. Ecrire pour écrire vaut mieux s'abstenir.

Dans cette série je n'ai regroupé que les livres que j'ai emprunté mais j'ai aussi abandonné de mes propres livres, ne vous inquiétez !!!

commentaires

Posté par toinette80 à 11:03 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

28 mars 2013

Qui a tué Monsieur Cul ? de François THOMAZEAU

Résumé :

Marseille, la Canebière, le Vieux Port, ses kiosques à journaux... Parlons-en de ses kiosques ! On a beau vouloir éviter le rapprochement, deux kiosquiers dessoudés en moins d'un mois, à coups de Beretta 93, en plein novembre, ça fait tache... Alors quand vient le tour de Monsieur Cul, ce brave revendeur de littérature cochonne qui ne demandait rien à personne, c'en est trop ! Pour Blanco, le flic blasé, comme pour ses potes Schram et Guigou, les deux justiciers Rmistes, pour Marcel le Chinois ou Sharif le journaleux... Et tout ça pour quoi ? Pour quelques paires de seins sur papier glacé ? Une hécatombe pour des fantasmes bon marché ? Ah ! Bonne mère... Elle est belle la pègre ! Quel trafic ! Et quelle concurrence...

Pourquoi je l'ai abandonné :

J'ai arrêté de le lire à la page 36 de la collection Librio car d'une part je n'aime pas lire cette collection, je n'aime les pages ni rien et la deuxième chose je n'ai pas aimé la façon à laquelle l'histoire est racontée. Je ne connais pas Marseille donc je me suis sentie perdue dans le nom des villes, des expressions, etc...

Posté par toinette80 à 15:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 avril 2012

Les cahiers d'Arthur Colombier

9782748149821

Résumé :

Depuis son hypothétique futur, Arthur veut revivre chaque instant de sa vie, afin de comprendre leur enchaînement. Entre Octave, l’oncle espiègle, Bernard, le pilote visionnaire, Adrien, le religieux cartésien, et Agathe, la tante aux parfums ésotériques, à travers leurs échanges où passé et présent, réalité et fiction s’emmêlent, Arthur crayonne une mythologie nouvelle.

Pourquoi j'ai abandonné celle lecture :

Je n'ai rien compris à l'histoire. Je ne dois pas être faite pour la science fiction.

Anecdote à propos du livre :

C'est ma soeur qui me l'a donné car elle l'a trouvé dans sa ville et elle ne voulait pas le lire. Comme je ne suis pas rentrée dans l'histoire, je me suis dit "Vends-le" au moins cela fera plaisir à quelqu'un. Je l'ai mis en vente sur AMazon au prix de 12 euros (j'étais certaine de ne pas le vendre à ce prix). Je l'ai vendu et le comble c'est que ce soit l'auteur lui-même qui me l'a racheté. Je n'ai toujours pas compris pourquoi. S'il passe sur ce blog j'aimerai avoir la réponse.

Posté par toinette80 à 08:04 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

12 avril 2012

Le jeu de la vérité

51lum5W4X4LQuatrième de couverture :

Qui est qui ? Question entêtante pour une enquête casse-tête : le squelette d’une certaine Alexandra Tynedale – riche héritière des brasseries du même nom – a été découvert sous les vestiges d’un pub londonien détruit lors du Blitz de 1940. À ses côtés, les restes non identifiés d’un nourrisson. Est-ce Maisie, la fille de la défunte ? Impossible, elle est encore en vie aujourd’hui. À moins que ce ne soit Erin, la fillette de la nurse de la famille Tynedale ?
Un héritage colossal étant en jeu dans cette ronde des identités, le commissaire Richard Jury est prêt à explorer bien des pistes. Et il va user de son atout majeur – l’inénarrable châtelain-détective Melrose Plant –, en l’envoyant jouer les jardiniers dans un manoir le temps d’une étrange partie de Cluedo® grandeur nature…

 

 

 

Le pourquoi de mon abandon :

J'ai d'abord fait un arrêt à la page 66 car je le trouvais saoulant, trop de descriptions et pas assez de suspense. Je l'ai repris quelques jous plus tard mais je ne l'ai lu que jusqu'à la page 82. Trop de bla-bla pour ne rien dire comme expliquer qu'une personne prend un escabeau, le place sur le sur, etc... tout cela pour changer d'ampoule. Je n'en vois pas l'intérêt.
Je ne vaux plus me forcer à lire des livres qui ne me plaisent pas donc je l'abandonne sans aucun regret.

Si ce livre intéresse l'un d'entre vous, je vous le donne avec plaisir.

Posté par toinette80 à 08:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


09 avril 2011

2 abandons

1er abandon :
Ceux qu'on aime de Steve Mosby

Quatrième de couverture :

Vous laissez un message à l'un de vos proches. Il ne vous répond que par mail ou par SMS. Vous ne vous inquiétez pas. Imagineriez vous une seconde que ce n'est pas lui qui écrit, mais son bourreau, qui le tient séquestré, privé d'eau et de nourriture ? C'est pourtant le mode opératoire d'un tueur en série qui s'attaque à des jeunes femmes célibataires, endosse leur identité pour mieuxles condamner...

Pourquoi je l'ai abandonné :

Je suis arrivée péniblement à la page 174 mais je n'arrive pas à rentrer dans l'histoire. Je trouve que c'est vraiment trop tordu, il y a trop de tout trop de descriptions, trop de répétitions enfin bref il ne m'a pas plu et je ne le lirai jamais jusqu'à la fin (pour des raisons purement personnelles).

 

2ème abandon :
L'homme de Kaboul de Cédric Bannel

Je ne vous ferai pas l'affront de vous décrire l'histoire car beaucoup d'entre vous l'ont lu et il vous a plu. Je suis arrivée à la page 84 et je trouve que cela rappelle trop le livre de Yasmina Khadra " les hirondelles de Kaboul" et l'histoire policière ne m'a pas plu du tout. Je le relirai peut-être un jour, qui sait.
Je remercie les éditions Robert Laffont de m'avoir envoyé ce livre ainsi que la personne de canalblog (j'ai oublié son nom).

Posté par toinette80 à 07:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 février 2011

2 abandons

Le premier abandon est :

Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy LEWIS

Quatrième de couverture :

Approchez homo sapiens ! Ce livre vous fera hurler de rire ! Faites la connaissance d'une famille préhistorique : Edouard, le père, génial inventeur qui va changer la face du monde en ramenant le feu ; Vania, l'oncle réac, ennemi du progrès ; Erenst, le narrateur, un tantinet benêt ; Edwige, Griselda et autres ravissantes donzelles...

Ces êtres délicieux font le monde autour d'un feu en dégustant des os à moelle. Regardez-les découvrir l'amour, s'essayer à la drague, se battre avec l'évolution...

Situations rocambolesques, personnages hilarants d'un monde où l'homme est pourtant déjà homme : batailleur, jaloux, ingrat et aussi rétrograde. Un miroir à consulter souvent. Pour rire et réfléchir.

Pourquoi cet abandon :

Je ne suis pas une amatrice de livres drôles et de plus celui là parle de l'histoire et je n'aime pas non plus les livres historiques alors ce n'est vraiment pas un livre pour moi.

2ème abandon :

La fille démantelée
de Jacqueline Harpman

Quatrième de couverture :

"Mais comment tue-t-on sa mère quand elle est déjà morte ?" Edmée va tenter de le faire en racontant leur histoire : chaque mot est un cri pour se délivrer de Rose, cette mère dans la lignée de Madame LEPIC et de Folcoche. Elle va la mettre à nu et en tracer un portrait terrible. Dure, égoïste, Rose a été une enfant mal-aimée, eet c'est encoreun portrait terrible celui d'Augusta. Chaque fille porte-t-elle sa mère comme une blessure ?
Edmée voudrait tant comprendre ; n'y avait-il pas d'autre chemin que la haine pour survivre ? Cette haine, elle voudrait la peindre à l'état pur, mais elle creuse si fort qu'elle se retrouve, furieuse, devant l'amour. "Je ne suis toxicomane que de toi, ma mère, de ton amour inexistant, et de ma douleur insatiable." Ecrit sous la forme d'un réquisitoire, ce livre à la violence inouïe, vous empoigne et ne vous lâche plus.

Pourquoi cet abandon :

Dans ce livre elle mélange trois histoires celle de sa grand-mère, celle de sa mère et la sienne. J'ai trouvé tout cela trop confus. Elle n'a pas été aimé, elle a été giflé mais nous ne savons rien d'autres en tout cas avant la 166 ème page, c'est là que j'ai arrêté car je n'en pouvais plus, je ne comprenais plus rien.

Posté par toinette80 à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

04 septembre 2010

La vengeance du wombat

La vengeance du wombat et autres histoires du bush (nouvelles)

écrit par Kenneth Cook

Quatrième de couverture :

"Wombats sur ma gauche, wombats sur ma droite : tous piétinaient et grognaient. Planté parmi eux au clair de lune, immense, le corps flasque et hardi, le filet dans une main, la seringue dans l'autre, j'attendais le wombat qui m'intéressait. [...]
Avec l'aisance du geste entraîné, je lui lançai le filet sur le corps. Il le déchiqueta en moins de deux secondes. [...] Comment étais-je censé m'y prendre à partir de là?
Je n'eus pas le temps de me décider. Le wombat s'approcha de moi en poussant un grognement meurtrier, avec la ferme intention d'anéantir tous les mythes sur le caractère inoffensif et herbivore des wombats."

Une rencontre dans un bar, quelques bières fraîches, un rien de faiblesse, et voilà Kenneth Cook, écrivain d'âge mûr "en léger surpoids", embarqué dans d'incroyables aventures où la faune humaine et animale du bush joue le premier rôle. Kangourou suicidaire, koalas explosifs, wombats vindicatifs, reptiles dérangés, chercheurs d'opales amateurs de paris stupides, Aborigènes roublards : ils finissent toujours par contrarier son penchant naturel pour le confort. Heureusement, car Cook en tire une brassée d'histoires plus vraies que nature, racontées avec un art consommé du gag, dans toute leur improbable hilarité.

Mon avis :

Je remercie tout d'abord Dasola de m'avoir prêté ce livre. J'ai lu 5 nouvelles mais elles ne m'ont pas du tout fait rire. J'ai même trouvé ces histoires très tristes car, à mon avis, elles ne parlent que de la façon que les gens sont prêts à faire pour de l'argent. Je l'ai abandonné car cela devenait trop difficile de lire une sixième histoire. J'ai le plaisir de vous mettre le lien du blog de Dasola.http://dasola.canalblog.com/archives/2010/02/21/16974997.html

Posté par toinette80 à 07:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 avril 2010

Sylvia de Léonard Michaels

sylviaPrésentation de l'éditeur

Leonard Michaels rencontre Sylvia Bloch en 1960 et l'épouse deux ans après. Leur relation passionnelle se termine tragiquement un soir de 1964. Ce n'est que trente ans plus tard qu'il décide de faire le récit quasi clinique de ce premier mariage. Dans Manhattan alors en plein bouleversement, le couple croise et se mêle à des cohortes de marginaux et d'intellectuels - de Miles Davis à Jack Kerouac, en passant par Lenny Bruce.

Biographie de l'auteur

Leonard Michaels est né le 2 janvier 1933 à New York, de parents polonais. Il a étudié à l'université de New York puis à celle du Michigan. Après une thèse consacrée à la littérature romantique, il a enseigné l'écriture, la critique littéraire et la poésie romantique à Berkeley de 1969 à 1994. Il est l'auteur de deux romans : The Men's Club, considéré par certains, lors de sa sortie dans les années quatre-vingt, comme un livre sur l'émergence d'une conscience masculine, et Sylvia (1992). Il est surtout connu pour ses recueils de nouvelles. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des maîtres du genre. Il a collaboré régulièrement à Vanity Fair et à la New York Times Book Review. Son oeuvre a été récompensée par le prix de la fondation Guggenheim, le prix de l'American Academy and Institute of Arts and Letters, le Pushcart Prize et le National Endowment for the Arts. Il est mort le 10 mai 2003 à Berkeley après avoir passé les dernières années de sa vie en Italie avec sa femme.

Mon avis :

J'ai lu le résumé de Dasola sur son blog et je lui ai demandé de me le prêter et je l'en remercie de l'avoir fait. Vous pouvez lire son billet ici :

http://dasola.canalblog.com/archives/2010/02/13/16833026.html

Malheureusement je n'ai pas accroché du tout à cette histoire. Je l'ai lu jusqu'à la page 64 mais je n'ai pas pu aller plus loin. Donc je confirme bien je n'aime vraiment pas les histoires d'amour en livre.

Posté par toinette80 à 06:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 mars 2010

Arrêtez de piquer mes sous

Description

Nicole de Buron est une bonne contribuable. Mais oui ! Depuis 41 ans, elle paye à l'heure et sans rechigner (oh ! à peine) ses nombreux impôts, cotisations sociales, taxes, prélèvements obligatoires, vignettes, T.VA., etc... jusqu'au jour où son Inspecteur lui réclame... une justification d'existence. Son sang ne fait qu'un tour. Elle rédige 46 fois par an un chèque pour le Trésor Public, elle est ignorée comme une vieille mite dans une malle. Elle décide alors d'accompagner ses versements de lettres personnelles au Percepteur, au Maire de Paris, au Maire de son petit village, aux Ministres, aux Députés, etc... Avec humour et gaieté, elle y raconte sa vie. Paris. Son vieil appartement. Son quartier qui change. Les crottes de chiens sur les trottoirs. Les " horreurs architecturales " de Beaubourg et de l'arche de la Défense. Les sanisettes qui lui font peur. Ses mésaventures dans les W.C. des petits bistrots. Les galeries de peinture et sa stupeur devant l'Art Moderne Contemporain. Elle nous fait rire aussi - et parfois nous émeut - en nous parlant de sa ferme qu'elle partage avec souris, loirs, abeilles, bébés-lézards. De ses vignes qui lui coûtent très cher. De ses centaines d'arbres qu'elle plante avec passion - et parfois de travers. De ses démélés avec les fonctionnaires du cadastre - toujours faux ! Des vendanges, à chaque fois une épopée hilarante. Et puis, un jour, un doute la prend. Tout cet argent qu'elle donne à l'Etat est-il bien employé ? Il semblerait que... pas toujours !!! L'indignation, le ras-le-bol, la saisissent. Elle écrit au Président de la République.

Mon avis :

J'ai lu les deux premières lettres mais c'est long. C'est trrop vieux, cela parle des impôts de 1991 et surtout des impôts parisiens. Cela ne m'a pas du tout intéressée

Posté par toinette80 à 06:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]