02 mars 2014

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de VIGAN

poster_136846

Mot de l'éditeur :

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

Quatrième de couverture :

Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre.

Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant de familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence.

Mon avis :

C'est un livre très déchirant, un cri d'amour d'une fille à sa mère. Delphine de Vigan revient sur la maladie de sa mère, elle était bipolaire. Quelle enfance ont eu ces deux filles avec cette mère très malade. A cette époque,on ne s'occupait pas trop des enfants et donc dès que la mère ressortait de l'hôpital, les enfants revenaient et tout recommençait.
Cette femme ne savait pas le mal qu'elle faisait à ces enfants.
Ce livre m'a vraiment bouleversé car je suis dépressive et j'ai fait aussi beaucoup de mal à mes enfants et à mon mari. Malheureusement nous ne pouvons pas revenir en arrière. Je les aime de tout mon coeur.Je pense lire bientôt "Jours sans faim" du même auteur.

Posté par toinette80 à 14:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


01 mars 2014

Mes lectures du mois de février 2014

laffiche_du_salon_du_livre_2014_est_connue

Voici la liste des lectures du mois de février 2014 qui a été très prolifique :

  1. Adieu, mes 9 ans de Valérie Zénatti (76 pages) : livre de l'école des loisirs (PAL)
  2. Merci de Daniel Pennac (128 pages) : Livre lu dans le cadre du challenge "Daniel Pennac" de George et le billet paraitra le 21 mars 2014 (BM)
  3. Le livre des morts de Glenn Cooper (506 pages) : Livre ésotérique et avec ce livre nous savons la vraie date de la fin du monde. PAL
  4. Le divin enfant de Pascal Bruckner (244 pages) : Du grand n'importe quoi (BM)
  5. Le pré est vide, mon coeur aussi de Jean Michel Claveau (99 pages) : L'amour est dans le pré ou pas ! PAL)
  6. Le fils de l'homme invisible de François Berléand (202 pages) : Une autobiographie très instructive (BM)
  7. Neige en avril de Rosemunde Pilcher (288 pages) : Une histoire à l'eau de rose. (PAL)
  8. Coule la Seine de Fred Vargas (123 pages) : 3 nouvelles intéressantes et lu dans le cadre du challenge de Lustig "Vive nos régions" et le challenge de Liliba "challenge Thrillers et polars" (BM)
  9. La reine des neiges de Jean-Pierre Bertrand (18 pages) : le conte (BM)
  10. Un homme accidentel de Phillippe Besson (244 pages) : Du Besson ! (BM)
  11. Les pieds sur le bureau de Nicole de Bureau (183 pages) : La vie d'une secrétaire des années 1955 (BM)
  12. Le sommeil délivré d'Andrée Chédid (253 pages) : Un énorme coup de coeur. (PAL)

Cela donne 2364 pages lues et donc un moyenne de 84 pages par jour.

J'ai lu 3 livres de plus et 30 pages de plus par jour. Je ne pense pas que je continuerai sur cette lancée surtout en nombre de livres car je vais m'atteler à lire des livres de plus de 500 pages donc j'en lirai forcément moins mais peut-être autant de pages du moins je l'espère.

Mes lectures de janvier, cliquez et vous aurez le résumé.

commentaires

Posté par toinette80 à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 février 2014

Le sommeil délivré d'Andrée Chédid

Andree_Chedid_Le_sommeil_delivre

87370228_o

Quatrième de couverture :

"Un jour j'avais vu un poisson se débattre. Il avait fait un trou dans le filet et s'était échappé en laissant beaucoup d'écailles. Mon frère l'avait injurié... Près de lui, je tenais mes bras croisés, mes mains serrées sous mes aisselles, pour ne pas applaudir."

Tout comme le poisson, Samya aussi aurait voulu s'échapper. Echappper à sa condition de femme, à son mariage arrangé par son père, à son existence d'épouse, dans un petit village au bord du Nil, à la maternité, puis à la douleur de perdre un enfant.

Mais, quand on n'a connu que la soumission, est-il possible de se rebeller sans participer à sa propre destruction ?

Andrée Chédid détaille avec délicatesse et subtilité le destin tragique d'une femme condamnée au malheur.

Mon avis :

Je le répète ici pour moi ce fut un énorme coup de coeur. Je 'lai terminé hier soir et j'en ai encore les larmes aux yeux.

Cette histoire raconte la vie d'iune fille de 15 qui a été mariée de force avec un homme de 45 ans.

Samya a perdu sa mère quand elle avait 5 ans. Elle a été élevé par une gouvernante puis placé dans un internat d'où elle ne sortait que le dimanche pour juste manger avec ses frères et son père. Un jour, un de ses frères vient la chercher en pleine semaine pour la ramener chez elle et la marier avec un homme qu'elle ne connaît pas.

Après son mariage elle part chez son mari et ne voit plus les membres de sa famille, elle ne peut aller au village car ce n'est pas digne de son rang. Elle ne peut rien changer dans sa maison car c'est sa belle-soeur qui a fait la décoration et donc il ne faut pas y toucher. Elle ne peut absolument rien faire. Elle tourne en rond comme une bête en cage. Elle se lit d'amitié avec une petite fille en cachette de son mari.

Le pire dans son existence c'est qu'après 10 ans de mariage elle n'a toujours pas d'enfants, elle n'eest pas encore mère et son mari n'a toujours pas de fils. Quand elle devient mère, c'est d'une fille et c'est un catastrophe pour tout le monde sauf pour elle.

Comme Samya n'a jamais eu de chance, elle perd sa fille à l'âge de 6ans de la typhoïde car son mari n'a pas voulu appeler le médecin plus tôt. Elle perd la raison, devient paralysé sans cause apparente et au bout de 2 ans elle arrive à se venger.

Une magnifique histoire racontée tout en douceur. Je n'avais jamais lu Andrée Chédid mais je la relirai.

Ce livre est édité chez j'ai lu au prix de 4,80 euros.

Posté par toinette80 à 07:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

25 février 2014

Le symbole perdu de Dan BROWN

Quatrème de couverture :

Après les secrets du Vatican et de la pyramide du Louvre, Dans Brown nous dévoile la face cachée de Washington et les mystères du Capitole.

Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d'urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut grade, pour une conférence à donner le soir même. En rejoignant la rotonde du Capitole, il fait une macabre découverte.
Ce sera le premier indice d'une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie.
Une aventure où s'affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon.

Mon avis :

Ma dernière phrase en terminant ce livre " 595 pages pour ça".

L'histoire en elle-même est très bien et l'intrigue passionnante. Des images un peu tirés par les cheveux mais cela peut passer mais la fin !!!! La fin ni fait ni à faire. Du grand n'importe quoi et surtout sans intérêt. Une énorme déception et donc cela m'a gâché tout le plaisir de ce livre.

L'avez-vous lu ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ?

 

Posté par toinette80 à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2014

Conversation de Bernadette CHIRAC avec Patrick de Carolis

 

De_Carolis_Patrick_Conversation_Avec_Bernadette_Chirac_Livre_600840860_ML

Quatrième de couverture :

  • Quand on est la femme de Jacques Chirac on ne peut pas rester trop effacée ! Ou alors on court le risque d'être écrasée... Que vous voulez-vous, je n'aime pas être écrasée.
  • Je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il fasse de la politique. Comme disait mon père : "La politique, vraiment, n'était pas dans le contrat de mariage."
  • Quand on est décidé à bâtir une maison ensemble, je crois que le résultat est inébranlable.
  • Je me suis battue. J'espère seulement qu'à limage des ces parents d'enfants blessés le courage ne me quittera pas.
  • C'est très difficile pour moi de me "blinder". Je suis vulnérable, très sensible au scandale.
  • Mon mari tous les matins me dit que j'ai une chance formidable de l'avoir épousé !
  • Il me manque toujours du temps. Comme la tortue, je me hâte avec lenteur.
  • Aimer, c'est forcément être optimiste.

Bernadette Chirac (livre publié en octobre 2001)

 

Mon avis :

J'avais ce livre dans ma PAL depuis des années. Quand l'affaire Trierweiller-Hollande est sortie, les journalistes parlaient beaucoup de ce livre et donc je l'ai cherché, trouvé et lu. C'est très intéressant sur les coulisses du pouvoir. Elle nous explique que tous les présidents de la 5ème république ont eu des maîtresses et toutes les femmes ont fait avec car quand on est femme de président on se tait. Elle parle de tout même de sa fille anorexique, pourquoi elle est devenue anorexique.

Bernadette Chirac nous explique que la femme du président n'a pas de fonction propre sinon d'être la maîtresse de maison de l'Elysée (mais elle ne nous dit pas si il faudrait qu'elle ait un statut)

Au sujet de la politique elle dit "le plus dur ce n'est pas de commencer, ce sera d'y renoncer".
Au sujet des hôpitaux elle nous explique : " Comment voulez-vous parler de réduire les dépenses de santé quand il s'agit de la vie d'êtres humains"

Un livre vraiment très intéressant, si vous voulez je peux le faire voyager.

 

Chirac_1

La photo de leur mariage

Bernadette_Chirac_inside_full_content_pm_v8

Avec leur fille Claude

1995_3g

Quand Jacques Chirac était maire de Paris

 

 

 

Posté par toinette80 à 14:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Une bibliothèque qui rayonne.

 

indexbe

 

Beaux livres ou romans de gare,

ils nous ouvrent de nouveaux horizons et nous sont devenus indispensables.

indexgh

 

A livre ouvert :

  • Pages collées : Placez le livre debout dans le congélateur. Le froid sec absorbera l'humidité et les pages se décolleront toutes seules.
  • Pages cornées : Posez une feuille sur la pages abîmées. Placez, dessous, un carton épais et repassez avec un fer chaud.
  • Pages déchirées : Pour réparer une page sérieusement endommagée, badigeonnez la déchirure avec du blanc d'oeuf et laissez sécher.

Des reliures comme neuves :

  • Carton : Restée trop longtemps à la cave ou au grenier, sa couverture s'est couverte d'auréoles. Passez un coton hydrophile imbibé d'une eau légèrement javellisée (1 volume de Javel pour 5 volumes d'eau) sur les taches. Rincez immédiatement et séchez rapidement au sèche-cheveux.
  • Cuir : Faites le briller en passant dessus un morceau de flanelle imbibé de cire d'abeilles. Laissez reposer une journée entière, puis astiquez avec un chiffon de laine.
  • Toile : Si les taches de vert-de-gris persistent, mélanger un peu d'eau oxygénée avec de l'ammoniaque et frottez. Rincez ensuite à l'eau distillée

Le saviez-vous ?

TACHES DE GRAS SUR UN LIVRE :

  • Avant toute intervention, mettez du papier absorbant de chaque côté de la page touchée. Puis imbibée la tache avec du talc, que vous ferez ensuite disparaître avec un fer tiède.

LES POISSONS D'ARGENT :

  • Ils rongent nos livres mais ils ne résistent pas à l'essence de thym

 

Posté par toinette80 à 11:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 février 2014

La femme d'un homme d'A.S.A HARRISON

9782253178903_T

Résumé emprunté sur le site du livre de poche :

JUSQU’OÙ IRA-T-ELLE POUR ÊTRE LA SEULE FEMME DE SON HOMME ?

Elle c’est Jodi. Lui c’est Todd. Elle est une femme d’intérieur idéale et une psy de renom. Il a le charisme et la gloire de ceux qui réussissent. Elle l’aime aveuglément. Il la trompe allégrement. Elle et lui forment le couple parfait, en surface. Mais les apparences peuvent-elles longtemps rester trompeuses ?

Thriller psychologique à la Gillian Flynn (Les Apparences), La Femme d’un homme a connu un succès phénoménal aux États-Unis. D’origine canadienne, A.S.A. Harrison n’aura malheureusement pas savouré son succès, décédée quelques semaines avant la parution de son premier roman. La Femme d’un homme est en passe d’être publié dans le monde entier.

Ce livre m’a laissé presque sans souffle alors que je me précipitais vers la fin dévastatrice. S. J. Watson

L’actrice Nicole Kidman produira l’adaptation sur nos écrans de La Femme d’un homme dans lequel elle jouera le rôle de Jodi.

Le best seller de l’été 2013 aux États-Unis

 

 

 

 

 

Mon avis :

Un grand merci à Alex pour le prêt de ce livre.

La première partie fut difficile pour moi car l'auteur nous dit déjà la fin. Mais le suspense vient pas à pas jusqu'à nous tenir en haleine jusqu'au bout.

Ma première question en lisant ce livre fut "Pourquoi veut-elle le tuer ?". Leur couple est atypique mais cela leur convient de vivre comme cela jusqu'au où une jeune fille fait sa réapparition. Le mari perd la tête et ne se rend compte de rien. Une fois pris au piège il ne peut plus rien faire. Il sait très bien ce qu'il perd mais se rend-il bien compte de ce qu'il va trouver dans sa nouvelle vie ? Un livre haletant vraiment jusqu'à la dernière page, l'auteure nous fait vivre vraiment une "horreur' en nous baladant à son gré.

Ce livre fut pour moi un véritable coup de coeur.

Il a été lu dans le cadre du challenge "lire sous la contrainte".

83111879_o

Posté par toinette80 à 13:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

17 février 2014

Astérix chez les Pictes

3488803_6_643d_asterix_chez_les_pictes_sera_le_premier_de_ec354be03d70f48446c618665e36409c

Le Village d’Astérix enneigé se remet doucement d’un hiver glacial comme jamais, quand Astérix et Obélix font la plus étonnante des découvertes : un jeune homme enfermé dans un glaçon, échoué sur la plage ! Panoramix est formel : il s’agit d’un Picte. Mais qui sont les Pictes ? Des peuples de l’ancienne Ecosse, redoutables guerriers aux multiples clans, dont le nom, donné par les Romains, signifie littéralement « les hommes peints ». Astérix chez les Pictes, c’est donc un voyage épique, en compagnie de Mac Oloch et de la belle Camomilla, vers une contrée riche de traditions. Au fil des pages, on découvre un peuple attachant dont les différences culturelles se traduisent en gags et jeux de mots mémorables. De l’eau de malt, des noms en Mac, des lancers de tronc, des bardes adeptes de la cornemuse, les origines du mur d’Hadrien et du monstre du Loch Ness sont dévoilés ! Et même des Gaulois en kilts, par Toutatis !

 

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

Pour moi c'est loin d'être le meilleur des Astérix que j'ai lu. Je n'ai pas retrouvé les tirades qui faisaient mouche dans les autres. J'avais lu aussi l'anniversaire d'Astérix" que j'ai trouvé encore plus nul. Je l'ai emprunté à la BM et j'ai bien fait. J'ai juste noté trois noms que j'ai trouvé rigolo :

  • Numérus Clausus pour l'agent recenseur
  • Mac Robiotik pour le druite des Pictes
  • Bug pour le Dieu des virus et des jurons.

Une réflexion :

Je trouve que le prix d'une BD est trop cher, presque 10 euros pour 48 pages. Les personnes qui n'ont pas beaucoup d'argent et qui n'osent âs venir dans une bibliothèque se privent de la lecture.

Comment faire aimer la lecture aux jeunes en difficulté quand les parent ne peuvent pas payer ce genre de livres ?

 

Posté par toinette80 à 13:19 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

14 février 2014

Le père de nos pères de Bernard WERBER

Quatrième de couverture :

D'où venons -nous ?
Après l'infiniment petit (trilogie des Fourmis), après le mystère de la mort (Les Thanatonautes), Bernard Werber s'intéresse à une nouvelle frontière de notre savoir : les origines de l'humanité.
Pourquoi y a-t-il des hommes sur Terre ? Pourquoi sont-ils intelligents ? Pourquoi sont-ils conscients ?
Nous nous retrouvons ainsi plongés il y a 3 millions d'années dans la savane africaine à suivre au jour le jour les aventures du premier humain, le fameux chaînon manquant, Adam, le... Père de nos pères. En parallèle, de nos jours, tous ceux qui ont découvert la véritable nature de cet être primordial ont de sérieux problèmes.
Quel est ce secret que personne ne veut voir en face ?
Lucrèce Nemrod, reporter aussi tenace qu'espiègle, accompagnée de son complice Isidore Katzenberg, ancien journaliste scientifique désabusé, se lance intrépidement dans l'enquête. De Paris à la Tanzanie commence une course poursuite haletante où l'on rencontre un club de savants passionnés, une charcutière industrielle, une star du X et quelques primates qui se posent de drôles de questions.
Suspense, humour, science, aventure... la révélation qui nous attend au terme de ce thriller paléontologique pourrait bien changer notre vision du monde.

Mon avis :

D'où venons-nous ? La grande et unique question de ce livre (de près de 380 pages).

A la suite de la mort d'un professeur, une journaliste part à la recherche du chaînon manquant. En parallèle nous suivons l'évolution de l'homme il y a 3 millions d'années.

Un livre intéressant mais avec trop de répétitions, il aurait du être un plus court cela n'aurait pas nui à l'histoire bien au contraire.

Je ne peux en dire plus sinon répéter la quatrième de couverture.

 

Posté par toinette80 à 06:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

11 février 2014

Non stop de Frédéric MARS

69047989

9 septembre 2012, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz Mc Geary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient. Quels que soient leur âge et leur couleur de peau. Grace, la propre fille de Sam Pollack, est concernée. Concerné aussi, un certain Stanley Cooper, président sortant des États-Unis, qui a caché à l'électorat son insuffisance cardiaque pour accéder au pouvoir… La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les Death Walkers, les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.

 

 

Mon avis :

Tout d'abord j'envoie un grand merci à Alex pour le prêt de ce livre.

Je trouve dommage le nombre de fautes de traduction dans ce texte, cela nuit beaucoup à la lecture et même à la compréhension de certaines phrases.

Sinon c'est vraiment une histoire étonnante qui, forcément, ne peut se passer qu'en Amérique car les américains ont la Terre entière comme ennemi (ils sont un peu parano). Un livre qui ne laisse pas un souvenir impérissable.

Je l'ai lu en juillet 2012 mais je ne m'en souviens plus même en relisant mon cahier. Je me rappelle de l'histoire en gros mais je ne me souviens même plus de la fin.

 

Posté par toinette80 à 07:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]